logo
Lakroan'i Madagasikara
Lakroa écologie

Plusieurs vies dans la forêt de Manombo

Recueillis par JRR il y a 7 mois

Nous reprenons ici en version française, les articles parus dans « Lakroa écologie » (NDLR : rubrique de Lakroan’i Madagasikara édition papier du N° 4103, du 18 novembre 2018, page 8,9 et 10) nous permettons de découvrir la vie au quotidien de la population locale à Manombo qui met en évidence le volet socio-économique en relation avec l’existence de projet de protection de la forêt. Bonne lecture.

Plusieurs vies dans la forêt de Manombo

La vie des habitants autour de la forêt de Manombo

Vannerie, commerce, agriculture, élevage et pêche sont les principales activités des habitants dans cette partie Sud-est de Madagasikara. L’association des femmes du village de Manombo, commune rurale d’Ankarana Miraihina, district de Farafangana bénéficie de formation professionnelle en artisanat. Quant aux hommes, ils sont toujours prêts quand il s’agit de travailler. Ceci implique qu’il est important d’inciter la population à s’intégrer dans le processus de développement et de la conservation de la forêt. Dans l’édition de « Lakroa écologie » (NDLR : rubrique de Lakroan’i Madagasikara édition papier) que nous reprenons ici en version française, nous allons découvrir la vie au quotidien de la population locale à Manombo qui met en évidence le volet socio-économique en relation avec l’existence de projet de protection de la forêt. Un remerciement à toute l’équipe ainsi qu’à la collaboration du Gerp (Groupe d’études et de recherches sur les primates de Madagasikara) qui nous ont permis de réaliser ce reportage.

 

 

Le développement vient de la base

Dès que la voiture venant de la capitale passe à l’entrée de la région Vatovavy Fitovinany, les voyageurs sentent le changement de la qualité de l’air qui devient plus fraiche et propre. Le paysage est dominé par la couleur verte de la nature. De ce fait, la population locale bénéficie d’un privilège naturel sur sa santé grâce à l’air pur. A mesure d’avancer vers la région Sud-est, les averses deviennent plus fréquentes et une étendue de forêt dense domine la localité. La population locale accorde une importance particulière à cette forêt qui recouvre une panoplie d’éléments importants pour la survie de l’humanité. La biodiversité composée de la faune, la flore, l’eau permet aux habitants riverains de la forêt de survivre. Ils exploitent avec un quota raisonnable les bois, certains gibiers ainsi que des plantes susceptibles d’assurer la nourriture. En effet, le besoin de la population de Manombo n’est pas une menace pour la forêt. C’est plutôt la demande du marché vers d’autres localités qui présente un risque énorme de déforestation et dégradation de l’écosystème. Des activités de régulations naturelles exercées par la faune pour la bonne santé de l’écosystème ainsi que la production d’oxygène par les arbres ne pourront jamais être récupérées en cas de disparition de la forêt. C’est la raison d’existence du projet de conservation de la forêt de Manombo.

Il est à préciser, pourtant, que la protection de la forêt ne veut aucunement dire dépouiller la population locale de leur besoin en dépendance avec la nature. Au contraire, les gestionnaires de projets doivent se focaliser sur l’adaptation pour l’interdépendance entre l’homme et la forêt. En effet, les problèmes fréquents sont provoqués par des mesures qui visent à conserver la forêt mais non adéquates au besoin des villageois. Pourtant, ces derniers restent toujours volontaires et prêt à contribuer si les projets visent clairement l’intérêt commun pour l’homme et la nature. La collaboration doit se faire par une convention entre le comité villageois et les initiateurs de projets. Cela implique également la mise en place d’une confiance mutuelle entre l’administration et la population. Les représentants de l’Etat doivent assurer le contrôle du système de protection de la forêt afin que les villageois en bénéficient. L’objectif est d’assurer à la fois le développement de la population locale grâce à leurs activités et la conservation de la forêt.

 

 

Ils ont dit :

Les divers responsables


• Malazamanana Pierre Ludovic, directeur par intérim de la DREFF Farafangana : « Quand la forêt est bien gérée, ce n’est plus une minorité qui bénéficie du profit mais aussi la population dans la communauté de base. L’aire protégée est toujours régie par la loi, et nous faisons de la sensibilisation en ce sens. Si une personne est prise en violation de la loi, notre rôle est de porter l’affaire à la juridiction compétente qui donne la sanction. »

Andrianadison Serge Jacques, technicien des eaux et forêt à Farafangana : « La forêt classée est en relation avec l’aire protégée à Manombo. On y trouve des lémuriens, des escargots de différents espèces, des oiseaux, des sortes de bois précieux. Pour améliorer la protection, il est meilleur de transformer en aire protégée cette forêt classée, car personne ne peut obtenir de permis de coupe dans une aire protégée. Dans une forêt classée, la population aux alentours peut y prendre des choses dont elle a besoin comme les bois de chauffe pour la cuisson, les plantes pour se soigner et des bois pour la construction d’habitation. »

Tsavavaza Pétard Jean Philibert, Directeur du service de l’éducation préscolaire et de l’alphabétisation au sein de la DREN Atsimo atsinanana : « Fruit de la collaboration entre la DREN et le GERP, j’assure la formation de six enseignants d’EPP relative à la méthode d’apprentissage d’alphabétisation des adultes. Par la suite, ces enseignants partagent leur savoir aux autres dans leur village. L’apprentissage à lire et à écrire et à calculer aux adultes provient des attentes des personnes concernées. Ce n’est pas à ceux qui ont des savoirs qui disent qu’on va vous apprendre, mais un groupe de personnes avide d’apprendre et qui a un objectif. »

Aban’i Gino, chef fokontany Manombo : « Le fokontany Manombo a cette forêt. La population obtient du profit en la protégeant, comme la construction d’école, l’agriculture, la formation, l’apiculture. Pour cette dernière, deux personnes par village ont bénéficié de la formation, et ces personnes par la suite partagent leur savoir-faire aux riverains. »

 

La population bénéficiaire de travail et de formation

Laizy, pépiniériste à la pépinière de Bemelo : « Il y a plusieurs espèces de plants que nous prenons dans la forêt et que nous entretenons ici : varongy, maimboloha, voapaky, malandivony, fatsinakoho. Ils ne sont pas à vendre mais retournés dans la forêt pour la reforestation. Cela fait trois fois que nous avons mis en terre des plants cette année. »

Endrin’i Day, couturière : « La couture est un complément pour nos ressources. J’utilise une machine à coudre. Un travail que j’ai déjà pratiqué dans le passé, mais à cause de la protection de la forêt de chez nous, nous avons bénéficié du savoir, les femmes ont tiré profit de la formation. Je peux acheter du tissu chaque semaine et vendre des vêtements à chaque jour de marché. »

Endrin’i Hery, tresseuse de natte : « Nous vivons de la tresse de nattes. On finit un par jour car il y a aussi d’autres obligations à accomplir : prendre des poissons au bord de la mer et les vendre pour en tirer profit. Nous n’irons jamais dans la forêt, mais ici au village, et au bord de la mer. »

Bao Florine, membre de l’association de femmes « miray indraiky » : « La vie dans le passé était facile, mais actuellement c’est difficile. Nous sommes contentes car il y a un progrès que nous avons eu lorsque la protection de l’environnement est instaurée. Nous sommes dans une association, et nous vivons de la tresse. Nous avons bénéficié du renforcement de capacité mais nous souhaitons encore s’épanouir davantage. »

Soamazava, mère de famille : « Concernant la cuisson, nous utilisons du bois de chauffe. Nous ne coupons pas de bois mais nous utilisons de grevillea et de l’acacia. Des grains de ces arbres qui grandissent vite ont été distribués dans le passé. Le souffle du vent suffit pour leur dispersion et on en trouve beaucoup dans la région. »

 

Enseignants et élèves

Josiane, directrice de l’EPP Manombo : « Pour les enfants, la protection de l’environnement figure dans la matière que nous enseignons, nous le pratiquons sous forme de jeux. Et les enfants peuvent dialoguer avec les parents des inconvénients des feux de brousse et de la destruction de la forêt. »

Hervé, élève : « Pour l’environnement, s’il y a du feu de brousse, on prend de seau d’eau pour éteindre le feu. Les lémuriens ne se mangent pas, on ne fait pas de charbon de bois, on ne coupe pas les arbres. Nous avons appris cela dans les livres. Je suis parmi les élèves qui étaient à Ranomafana. »

 

Bon à savoir

Manombo : village d’environ 30 km de Farafangana en suivant la RN 12 dans la direction de Vangaindrano, pas loin de l’Océan indien.

Population : fait partie de l’ethnie antesaka. Les habitants sont au nombre de 2118 dans le Fokontany Manombo. Mais ils sont trois fokontany aux alentours des forêts (Réserve Spéciale et Forêt classée), à savoir : Takoandra au sud, Manombo au centre et Marompanahy au nord, 4000 habitants sont concernés du projet.

Marchés : Marché d’Analameloka, 3 km au sud de Manombo, et marché de Marompanahy, 7 km au nord de Manombo. Ce sont les plus près pour la population.

« Réserve spéciale» : statut que l’Etat a donné à la zone, il y est interdit de faire de l’exploitation, ayant une superficie de 5320 ha, délimitation du ministère.

« Forêt classée » : statut que l’Etat a donné à une zone, des habitants vivent aux alentours, ayant une superficie de 11 650 ha, délimitation du ministère.

 

Consultation médicale

Les consultations médicales de masse organisées par le GERP se situent entre le mois de juin et le mois de septembre. Mais pour cette année, il y aura aussi en mois de novembre.

Indicateur------------------------------------

Résultats
juin 2018 --

Résultats
juillet 2018 ---

Observation

Nombre des patients auscultés

207

258

 

Nombre de personnes sensibilisé

181

186

car les restes sont encore des nourrissons

Nombre de corps médical mobilisé

5

 

 

 

Echantillons des maladies rencontrées : Douleur musculaire, gastroentérite, maux de dents.

 

Sensibilisation d’écoles

  • Elèves sensibilisé à l’école :

Masculin : 128, Féminin ; 167

Total : 295 provenant de 6 EPP, de 1 CEG, et de 2 lycées

  • Voyage d’étude

Destination-----------

Nombre-------------------

Etablissement cible

Date

Antananarivo

15 étudiants

CEG Manombo

Novembre 2017

Ranomafana

13 étudiants plus

CEG Manombo
plus 6 EPP aux alentours de Manombo

Mars 2018

Manombo
et Mahabo
Mananivo

85 étudiants

Lycée d’d’enseignement général Tata Max et
Lycée Technique Professionnel de Farafangana

Juillet 2018

 

Interview

Ranaivoarisoa Faly Nambinina, Coordinateur technique-Projet GERP Manombo

« Nous ne cessons pas de sensibiliser la population quant à l’importance de la forêt »

-       En quoi consiste l’activité de Gerp à Manombo ?

Selon son appellation, Gerp est essentiellement un groupe d’étude et de recherche sur les primates de Madagasikara. Il existe plusieurs espèces dans les forêts. Pour la région sud-est, le varikamena appelé du nom scientifique « eulemur cinereiceips » est une espèce endémique locale. Notre but est de protéger ces lémuriens et son habitat ainsi que de veiller en particulier la population autour de la forêt.

-       Quelle est l’importance de la protection des lémuriens dans l’environnement ?

Beaucoup sont les aspects concernant l’environnement qui nous est familier, car la protection des lémuriens est basée sur la protection de son habitat et sa nourriture qu’est la forêt. Les lémuriens jouent un rôle important pour préserver en partie la forêt en mangeant les fruits, la germination est plus rapide avec les matières fécales contenant les graines qu’ils déversent dans la nature. Par extension, environnement ne se limite pas à la forêt et les plantes ainsi que les animaux. Il y a aussi la terre, l’eau, l’air, et l’homme. Ce sont tous des éléments qui structurent notre environnement. De ce fait, ces éléments sont complètement interdépendants, quand on parle de lémuriens. Voici une simple explication que nous avançons : la protection des lémuriens signifie protéger la forêt ; la protection de la forêt signifie protéger la terre et l’air et l’eau pour qu’ils ne soient pas détruits et pollués. La terre non détruite et l’air non pollué signifient bonne santé pour l’homme. C’est l’homme sain qui peut produire. Et la production est un vecteur de développement, c’est-à-dire à travers l’agriculture, le tourisme, l’artisanat, la communication, etc

-       Et concernant la population aux alentours ?

L’objectif est de veiller en particulier la population aux alentours de la forêt. Nous les aidons directement en leur donnant du travail. A Manombo, nous collaborons avec six guides locaux et vingt pépiniéristes. Nous organisons des formations qui aident la population dans leur travail au quotidien. Entre autres, l’apiculture ou l’élevage des abeilles, la couture, le tressage des nattes, le reboisement. En période de reboisement, les gens ont du travail. En ce qui concerne l’aspect humain, il y a l’éducation environnementale enseignée à l’école : EPP, CEG, lycée. Et nous faisons aussi l’alphabétisation des adultes. Nous collaborons avec le DREN, Direction régionale de l’éducation nationale. Nous prévoyons aussi la santé, en organisant des consultations médicales de masse, avec octroi des médicaments aux malades. A noter que nous ne cessons pas de sensibiliser la population quant à l’importance de la forêt et la raison de la protéger.

-       Les résultats de ces activités ?

Depuis l’année 2017 jusqu’au juin 2018, 70 000 plants ont été mis en terre, y compris le remplacement de ceux qui n’ont pas poussé, sur une superficie de 20 hectares. Mais à la fin de l’année 2018, le nombre des plants peut atteindre les 100 000 sur une superficie de 30 hectares. Les responsables locaux participent à ce reboisement dont la DREEF, Direction régionale des eaux et forêts, la MNP, Madagasikara National Parc, la VOI, communauté de base. Remerciement à eux qui ont participé avec enthousiasme dans cette protection de l’environnement. Les élèves sont bien sensibilisés concernant la protection de l’environnement.

-       Quel est votre suggestion pour améliorer la gestion ?

Beaucoup sont les idées mais ce qui est réalisable à court terme pour améliorer la gestion, c’est de renforcer la collaboration avec les responsables sans exception. Si on aborde le sujet de l’environnement, plusieurs domaines sont concernés dont l’enseignement, la santé, l’agriculture et l’élevage. Mais on se préoccupe aussi de la sécurité et le tourisme qui n’est pas encore assez développé dans cette région de Farafangana et ses environs. On verra aussi en particulier l’amélioration du niveau de vie de la population sur différents aspects, entre autres l’octroi de l’acte de naissance et de l’obtention de la carte d’identité nationale. Car selon la réalité dans la région, la plupart n’en possèdent pas. Concernant l’amélioration à long terme, on pense au changement des statuts de ces forêts, c’est-à-dire, la Réserve Spéciale deviendra Parc National. La Forêt classée deviendra Nouvelle aire protégée que tous le monde peut visiter avec les informations qui s’y réfèrent. Ce changement générera la création d’emploi plus tard.

 

Témoignage

Lui, c’est Kosinisy, ou Aban’i Korneil. Il habite à Manombo, marié et a 6 enfants. C’est un descendant d’une famille d’exploitant forestier, mais il devient écologiste actuellement. Depuis quelques années, Kosinisy est connu comme étant un guide local confirmé. Il raconte : « Mon père était un Betsileo qui assure le besoin de sa famille en coupant des arbres avec des étrangers exploitants forestiers. Moi-même j’ai fait ce métier pendant des années. Puis en 2004, des chercheurs étrangers, collaborateurs du Pr Jonah m’ont proposé si je pourrais leur emmener à la découverte de la forêt de Manombo. J’ai accepté la demande et c’était le début de mon métier en tant que guide local. De plus, les scientifiques m’ont fait découvrir l’importance et l’intérêt pour la conservation de la forêt au lieu de sa destruction. Je suis persuadé de l’explication donnée, c’est pour ça que j’ai mis un terme à mon activité d’exploitant forestier, même si ceci reste une opportunité de choix pour s’enrichir. En effet, le prix du bois ne cesse d’augmenter à cause de la hausse de la demande. Au début des années 2000, une planche se vend dans les Ar 600 l’unité tandis que le bois carré se négocie à Ar 1000. Actuellement les prix s’élèvent jusqu’ à cinq fois plus. Je deviendrai riche en un rien de temps si je recommence à couper les arbres mais cela provoquera l’anéantissement de la forêt et il n’y aura plus rien pour mes descendants ».

 

Dossier réalisé par

Rabarisona Hermenegilde et Ravonjiniaina Hanitra

Partager l'article:

Lakroa en direct
  • 24 May. 2019 - 07:48-

    18 sisa ny isan’ny senatera. Raha 63 ny isan’ny senatera teo aloha dia lasa 18 sisa izany. Ny fanovana dia noraisina nandritra ny filan-kevitry ny Minisitra natao tany Antsiranana ny 22 mey 2019 teo. Mitsinjara toa izao izany isa izany : ny roa ampahatelony fidiana mitovy isa, isaky ny faritany avy izany hoe 12 voafidy ka loholona roa isaky ny faritany (teo aloha). Ary ny 6 tendren’ny Filoham-pirenena avy amin’ireo vondron-kery maro an’isa indrindra amin’ny lafiny toekarena sosialy sy kolontsaina na noho ny fahaizany manokana.

  • 21 May. 2019 - 08:25-

    Drapeau à damier pour Lauda. Le triple champion du monde de F1 et président non exécutif de l'écurie Mercedes, dont l'état de santé inquiétait depuis une transplantation pulmonaire l'an dernier, est décédé à l'âge de 70 ans. Sa famille l'a annoncé dans un texte diffusé aux médias : «C'est avec une grande tristesse que nous vous annonçons que notre cher Niki s'est éteint paisiblement, entouré de ses proches, ce lund 20 mai. » L'état de santé de celui qui était devenu président non exécutif de l'écurie Mercedes en 2012 s'était dégradé à l'été 2018.

  • 03 May. 2019 - 07:39-

    2019, des médias sous influence. La précarité des journalistes et des médias malgaches les rend particulièrement vulnérables à l’influence des hommes d'affaires et des responsables politiques qui possèdent de nombreux organes de presse. L’élection présidentielle remportée fin 2018 par l’ex-leader de la transition Andry Rajoelina a confirmé la très forte politisation des médias locaux et notamment de la presse écrite. La quasi-totalité des titres ayant pris parti pour l’un ou l’autre des principaux candidats, l’accès à une information neutre et indépendante a été fortement limité. Le ministère des Affaires étrangères a directement écrit à l’ambassade d’Allemagne pour empêcher la publication d’un sondage dans un magazine d’information financé par une fondation allemande. Sur le plan légal, le Code de la communication adopté en 2016 fait référence. Au classement mondial de la liberté de la presse 2019 de RSF, Madagascar se trouve à la 54 place, classement depuis 2013.

  • 27 Mar. 2019 - 14:16-

    . Ho avy ny Papa. ny fanambarana ofisialy nataon'ny Nonce ny tolakandron'ny 27 Marsa teo fa ho avy hanatanteraka famangiana apostolika eto Madagasikara ny Papa Fransoa. Ny 6 sepitambra izy no eto hatramin'ny alahady 8 sepitambra. Feno 30 taona izao no nandalovan'ny Papa iray voalohany teto Madagasikara dia ny Papa Joany Paoly faha2 izany.


  • 27 Mar. 2019 - 14:16-

    . Ho avy ny Papa. ny fanambarana ofisialy nataon'ny Nonce ny tolakandron'ny 27 Marsa teo fa ho avy hanatanteraka famangiana apostolika eto Madagasikara ny Papa Fransoa. Ny 6 sepitambra izy no eto hatramin'ny alahady 8 sepitambra. Feno 30 taona izao no nandalovan'ny Papa iray voalohany teto Madagasikara dia ny Papa Joany Paoly faha2 izany.


  • 06 Mar. 2019 - 07:23-

    Carême 2019. Le temps de Carême 2019 commence ce jour, Mercredi des cendres. Pour nous accompagner dans ce temps fort de notre foi voici deux liens :

    Message intégrale du Pape pour ce Carême 2019

    https://www.lakroa.mg/item-1640_articles_une_18-ala-craation-attend-avec-impatience-la-ravalation-des-fils-de-dieua-rm-819.html  

    Et une analyse succincte de ce message

    https://www.lakroa.mg/item-1641_articles_religion_18-se-convertir-pour-auvrer-a-la-rademption-de-la-craation.html


  • 31 Jan. 2019 - 06:49-

    Bilan provisoire global en date du 30 janvier 2019 à 18h. Le bilan provisoire global après les « Fortes pluies » et « Tempête Tropicale Modérée EKETSANG» fait état de : • 27 Décédés (18 à cause du glissement de terrain, 4 morts par noyade, 1 mort d’un écroulement d’une maison suite à l’inondation, 4 morts d’un écroulement d’une maison) ; • 1 Disparu (emportée par l’eau) ; • 3 Rescapés (suite au glissement de terrain) ; • 9 586 Sinistrés (254 dues au glissement de terrain et 9 332 à cause de l’inondation) ; • 833 Déplacés actuels (451 dues au glissement de terrain et 382 à cause de l’inondation) ; • 2 462 Déplacés cumulés (518 dues au glissement de terrain et 1 944 à cause de l’inondation) ; • 1 778 Cases d’habitation inondées ; • 187 Cases détruites (7 dues au glissement et 83 dues à l’inondation).
    CECI EST LE DERNIER BULLETIN EN CE QUI CONCERNE L’INONDATION ET LE GLISSEMENT DE TERRAIN DE CES DEUX DERNIERES SEMAINES A MADAGASCAR. (Source : BNGRC, Centre d'Etudes de Réflexion de Veille et d'Orientation).

  • 29 Jan. 2019 - 07:10-

    Bilan provisoire global en date du 28 Janvier 2019 à 20h. Le bilan provisoire global après les « Fortes pluies » et « Tempête Tropicale Modérée EKETSANG» fait état de : • 21 Décédés (18 à cause du glissement de terrain, 2 morts par noyade, 1 mort d’un écroulement, d’une maison suite à l’inondation) ; • 1 Disparu (emportée par l’eau) ; • 3 Rescapés (suite au glissement de terrain) ; • 8 466 Sinistrés (254 dues au glissement de terrain et 8 212 à cause de l’inondation) ; • 1 934 Déplacés actuels (450 dues au glissement de terrain et 1 484 à cause de l’inondation) ; • 2 304 Déplacés cumulés (518 dues au glissement de terrain et 1 786 à cause de l’inondation) ; • 1 603 Cases d’habitation inondées ; • 62 Cases détruites (7 dues au glissement et 55 dues à l’inondation). Source : Centre d'Etudes de Réflexion de Veille et d'Orientation.

  • 28 Jan. 2019 - 07:43-

    Bilan provisoire global en date du 27 janvier 2019 à 19h. Voici le bilan après les « Fortes pluies » et « Tempête Tropicale Modérée EKETSANG» qui fait état de :
    • 21 Décédés (18 à cause du glissement de terrain, 2 morts par noyade, 1 mort d’un écroulement d’une maison suite à l’inondation) ;
    • 1 Disparu (emportée par l’eau) ;
    • 3 Rescapés (suite au glissement de terrain) ;
    • 8 031 Sinistrés (201 dues au glissement de terrain et 7 830 à cause de l’inondation) ;
    • 1 236 Déplacés actuels (134 dues au glissement de terrain et 1 102 à cause de l’inondation) ;
    • 1 605 Déplacés cumulés (201 dues au glissement de terrain et 1 404 à cause de l’inondation) ;
    • 1 603 Cases d’habitation inondées ;
    • 62 Cases détruites (7 dues au glissement et 55 dues à l’inondation). (Source : Centre d'Etudes de Réflexion de Veille et d'Orientation).

  • 25 Jan. 2019 - 11:26-

    Nominations lors du Premier Conseil des ministres. Ce jeudi 24 janvier, après la nomination du nouveau gouvernement, le Président Rajoelina, a présidé le premier conseil des ministres au Palais d’Etat d’Iavoloha.
    Décret abrogeant le décret n°2016-140 du 02 mars 2016 et portant nomination de Madame ANDRIAMBALO Lala Ratompoalizo, Directeur du Protocole d’Etat auprès de la Présidence;
    Décret portant nomination de Ramaholimasy Holder, Directeur Général de la Présidence en charge des Affaires Politiques;
    Décret portant nomination de Andriamanananoro Augustin, Directeur Général de la Présidence en charge des Projets;
    Décret portant nomination de Sahondrarimalalala Marie Michelle, Directeur des Etudes Juridiques de la Présidence;
    Décret portant nomination de Raharinosy Jimmy, Directeur des Systèmes d'Information.
    Lalatiana Raktotondrazafy est le porte-parole du gouvernement

  • 24 Jan. 2019 - 07:49-

    Bulletin flash du 23 janvier. Bilan provisoire global en date du 23 Janvier 2019 à 18h transmis par le Centre d'Etudes de Réflexion de Veille et d'Orientation. Le bilan provisoire global fait état de : 16 décédés (15 à cause du glissement de terrain et 1 mort par noyade) ; 4 disparus (3 à cause du glissement de terrain et 1 emportée par l’eau) ; 3 rescapés (suite au glissement de terrain) ; 5 763 sinistrés (201 dues au glissement de terrain et 5 562 à cause de l’inondation) ; 503 déplacés cumulés (201 dues au glissement de terrain et 302 à cause de l’inondation) ; 1 588 cases d’habitation inondées ; 31 cases détruites (7 dues au glissement et 24 dues à l’inondation).

  • 24 Jan. 2019 - 06:30-

    IML - Le lancement officiel de l’Institut Malagasy de Leadership (IML) s’est tenu le 17 janvier 2019 au Carlton Antananarivo. IML a été créé avec la collaboration entre le Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS) et l’Institut d’Etudes Politiques (IEP, pour que les dirigeants puissent mener sans failles avec courage l’envie de réussir ensemble en servant le bien commun. La formation est destinée à toutes les personnes qui cherchent à mieux se préparer pour diriger les secteurs économiques et administratifs tant au niveau national qu’international. IML offre deux sessions pour l’année 2019, une en mars et l’autre en octobre.

  • 22 Jan. 2019 - 14:46-

    Le staff du PRM Rajoelina. Rajoelina Andry Nirina, a tenu son premier conseil des ministres restreint, ce lundi 21 janvier 2019 au Palais d’État d’Iavoloha. Il a nommé ses proches collaborateurs. Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald a été nommé Secrétaire général de la Présidence. Andriamaholy Onjaniaina Dina est nommé au poste Secrétaire Général Adjoint de la Présidence. Et, Delmotte Stéphanie a été nommée Directeur de Cabinet civil de la Présidence. On attend donc les autres membres entre autres le directeur de cabinet militaire,  le directeur administratif et financier…

  • 22 Jan. 2019 - 14:45-

    Reconduction du PM Christian Ntsay. Conformément aux dispositions de l’article 54 de la Constitution de la Quatrième République, les députés issus du groupe de partis majoritaires à l’Assemblée Nationale, en l’occurrence le MAPAR, ont proposé le nom de NTSAY Christian Louis au poste de Premier Ministre. Aussi, Son Excellence Monsieur le Président de la République, Rajoelina Andry Nirina, a pris le décret n°2019-016 portant nomination du Premier ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur NTSAY Louis Christian.

  • 21 Jan. 2019 - 15:57-

    Gouverneur de région ? Dans son premier discours après la prestation de serment ce 19 janvier, le président Andry Rajoelina a utilisé le mot “gouverneur” de région. On lit dans la Constitution que “La fonction exécutive est exercée par un organe dirigé par le Chef de Région élu au suffrage universel. Le Chef de Région est le premier responsable de la stratégie et de la mise en œuvre de toutes les actions de développement économique et social de sa région. Il est le Chef de l’Administration de sa région.” Première entorse devant le gardien de la Constitution ?

  • 21 Jan. 2019 - 15:34-

    10 décès au moins. Les pluies torrentielles tombées sur Antananarivo dans la soirée du samedi 19 janvier ont perturbé la fin des festivités de la prestation de serment du Président Rajoelina (fête à Mahamasina, feux d’artifices annulées). Mais plus grave, elles ont provoqué un éboulement en plusieurs endroits et plusieurs maisons ont été démolies. Plusieurs personnes ont été ensevelies sous les décombres. Plusieurs personnes ont été sauvées mais on déplore une dizaine de victimes. On compte au moins 10 personnes décédées et on craint que le nombre ira en croissant.

  • 19 Jan. 2019 - 11:48-

    Hevi-dehibe notsoahina tamin'ny lahatenin'ny filoha Rajoelina. Ezaka lehibe no atao momba ny famokarana ny herinaratra. Politikan’ny kibo velaran-tany hovolena, tsy hanafatra vary intsony. Hitsinjo sy hanampy ireo tena marefo efa eny ambony sambo ny vary tena mora ho zaraina sy hamidy mora. Asa fa tsy kabary. Hanangana sy hanorina tanana vaovao isika ho modely aty amin’ny ranomasina Indiana izay atomboka amin’ity taona ity ihany. Ho mpandresy amin’ny lafiny rehetra ny Malagasy. Ampiray sy ampitambatra ny Malagasy aho. Tsy ny eto antananarivo ihany no hisitraka fa hapetraka ny fanamby fa hisitraka izany ny any amin’ny faritra. Apetraka ny governora hisolo ny lehiben’ny faritra. Izy ireo no hitarika ny asa goavana. Omentsika fitaovana manokana fanamboaran-dalana ny faritra rehetra. Ho lasa 23 ny faritra. Tsy ekeko ny gaboraraka. Tsy azo ekena ny fanaovana tolotrasa kanefa tsy  nisy asa notanterahina akory. Ady amin’ny kolikoly sy fitsarana marina tsy mitanila. Tsy ekeko ny fitsabahana amin’ny raharaha fitsarana.

    Tsy fandriampahalemana. Vahaolana koa ampitomboina ny isan’ny mpitandro filaminana. Ho vatsiana fitaovana mendrika manaraka ny toetrandro ny foloalindahy sy mpitandro filaminana. Handalo eto ny santionany amin’ny fitaovana tsy mataho-bala. Fankahalana fanaratsiana fisaraham-bazana hahilika izany.

  • 18 Jan. 2019 - 08:14-

    Passation à Iavoloha. Selon l’article 48 de la constitution “La passation officielle du pouvoir se fait entre le Président sortant et le Président nouvellement élu.” Il n’est nullement indiqué que c’est le président démissionnaire ou le président intérimaire. La passation se fera officiellemen ce vendredi 18 janvier. Selon la rumeur la passation se fera entre le président Rajaonarimampianina qui a démis de ses fonctions présidentielles en septembre 2018 et le président Rajoelina. Si cela se fera cela veut dire une passation des dossiers de janvier 2014 à septembre 2018. Qu’en sera-t-il des dossiers durant l’intérim ? Y aura-t-il une autre cérémonie de passation ce vendredi aussi ?


  • 09 Jan. 2019 - 08:42-

    Le FFKM présente ses vœux au Président de la République p.i. Les représentants du Conseil Chrétien des Eglises (FFKM), sont venus présenter les vœux de nouvel an au Président de la République p.i, Rivo Rakotovao, au palais d’Ambohitsorohitra, le 8 janvier 2019. Le Président en exercice de la FFKM a évoqué lors de la rencontre l’importance de la période que traverse le pays à l’heure actuelle, et n’a pas manqué de souligner l’union dans la prière pour la marche du pays ; il a aussi mis en relief la noble mission et les responsabilités qui incombent au Chef de l’Etat, Rivo Rakotovao, et invoqué la bénédiction divine à son endroit ainsi qu’à sa famille.

  • 07 Jan. 2019 - 14:16-

    Jours fériés de 2019. Mardi 1er Janvier, Vendredi 8 Mars : Journée de la Femme. Vendredi 29 Mars : Jour des martyrs 1947. 21 Avril : Pâques ; 22 Avril : Lundi de Pâques. Mercredi 1er Mai : Fête du travail. 30 Mai : Ascension. 4 Juin : L'Aïd el Fitr. 9 Juin : Pentecôte ; 10 Juin : Lundi de Pentecôte. 26 Juin : Fête de l'Indépendance. 11 Aout : L'Aïd el kebir ou Aïd-al-adha. 15 Août : Assomption. Vendredi 1er Novembre : Toussaint. 25 Décembre : Noël.

Du même auteur

newtech
sport

Dans la même rubrique

dossier
dossier
Publicité