logo
Lakroan'i Madagasikara
Liberté de la presse

Uun bilan mondial au début de 2018

admin il y a 16 jours

Partout dans le monde, la liberté des médias régresse. Pourquoi ? Il existe de nouvelles formes de censure mais aussi d’autocensure. « La liberté des médias dans le monde est tombée à son plus bas niveau depuis […] 2006. » Voici le constat que dresse le dernier rapport du cabinet de conseil et d’étude The Economist Group. Paradoxalement, à l’heure où la communication de masse est favorisée par Internet et les réseaux sociaux, les possibilités d’exprimer librement des opinions variées se restreignent.

Uun bilan mondial au début de 2018

Le rapport estime que les médias sont parfaitement libres dans seulement 30 pays sur 167 étudiés, ce qui représente à peine 11 % de la population mondiale. Ces pays se situent principalement en Amérique du Nord (Canada, États-Unis), en Europe du Nord et de l’Ouest (Royaume-Uni, France, Allemagne, Espagne, Portugal, Finlande, Suède, Norvège, Estonie, Lituanie…), en Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande), ainsi qu’en Amérique latine (Chili, Uruguay…). Les médias classiques (presse écrite, radio, télévision) ou numériques (journaux en ligne, réseaux sociaux) y couvrent une palette variée de sujets et relaient les opinions les plus diverses, même les minoritaires. Les journalistes travaillent en autonomie et indépendamment du pouvoir politique. L’État garantit le libre accès à Internet.

Une quarantaine d’autres pays disposent de médias « partiellement libres », ce qui regroupe 34 % de la population mondiale. On retrouve majoritairement des pays d’Europe de l’Est (Hongrie, Roumanie, Grèce…), d’Amérique du Sud (Mexique, Brésil…), d’Afrique subsaharienne (Mali, Nigeria, Afrique du Sud…) et d’Asie (Inde, Japon, Hong Kong…). Des entraves ponctuelles apparaissent : ingérence de l’État (rachat de titres, pressions sur les journalistes…) ; concentration des médias entre quelques acteurs privés ; censure des points de vue minoritaires ou dissidents ; autocensure de la presse par crainte de représailles…

Dans la plupart des pays (97 sur 167), les médias ont une faible autonomie, voire aucune. Autrement dit, plus de la moitié de la population mondiale n’aurait pas accès à des informations produites par des médias indépendants. Ces pays présentent souvent un système démocratique imparfait ou défaillant. Ils se situent dans trois régions du monde : en Asie (Russie, Chine le géant démographique, Corée du Nord…), au Moyen-Orient (Égypte, Syrie, Turquie, Arabie Saoudite, Iran…), en Afrique (Congo, Gabon, Éthiopie…).

Érosion économique et mainmise politique

Comment expliquer ce déclin global des libertés de la presse ? Selon le rapport de The Economist Group, dans les pays démocratiques comme dans les autres, le développement de l’information par Internet et les réseaux sociaux a déstabilisé le fonctionnement des médias traditionnels. Tous n’ont pas anticipé le tournant numérique. Un certain nombre de journaux ont connu des difficultés financières à cause des diminutions des ventes papiers. Les rédactions se sont alors repliées sur des sujets moins variés, faute de moyens. Le rapport indique que les questions internationales en particulier ont tendance à être moins couvertes à cause de ces difficultés financières : elles sont en effet considérées comme plus chères à traiter, et moins faciles à vendre.

Cependant, c’est l’ingérence du politique dans l’activité des médias qui représente la principale menace. Elle prend des formes classiques (censure, emprisonnement de journaliste, menaces…), dans les régimes autoritaires notamment, en Turquie ou encore en Russie.

Elle s’accompagne aussi de répressions indirectes. Plusieurs pays d’Amérique du Nord, d’Europe (23 sur 28) ou encore d’Asie ont adopté des lois contre la diffamation. Au Royaume-Uni, de telles lois existent depuis plusieurs dizaines d’années. Les plaignants obtiennent souvent gain de cause. Conséquence, les médias hésitent, voire parfois renoncent, à publier des sujets pour lesquels ils risquent d’être poursuivis.

En Chine, des lois adoptées en 2013, puis en 2016 encadrent les commentaires des internautes. Un internaute qui publie un message jugé diffamatoire risque jusqu’à trois ans de prison. Fin 2017, le gouvernement chinois envisageait une nouvelle loi dite « patriotique », pour protéger les héros nationaux et les martyrs des diffamations.

Autre forme de répression, les régimes autoritaires du Moyen-Orient, d’Afrique, la Turquie ou encore la Chine coupent ponctuellement Internet et/ou l’accès aux réseaux sociaux, notamment en période électorale. Les informations circulent moins, ce qui limite les possibilités d’organiser l’opposition politique.

Le droit ne pas être offensé

Les groupes de pression non-étatiques (les mafias locales, les groupes de trafiquants ou encore les terroristes islamistes) nuisent aussi à la liberté des médias. Par exemple, au Mexique, en 2017, le journaliste Ricardo Monlui a été assassiné par les membres d’un groupe de trafiquants de drogues sur lequel il enquêtait. C’est le vingtième journaliste tué dans ce pays depuis le début des années 2000.

Les terroristes islamiques s’attaquent aussi aux médias occidentaux. Ils perçoivent certains messages comme des menaces ou des insultes à l’égard de leurs croyances. L’attentat de Charlie Hebdo en 2015 en témoigne : les terroristes reprochaient au journal d’avoir insulté l’islam en publiant des caricatures religieuses.

Enfin, la liberté d’expression se heurte à ceux qui revendiquent le droit de ne pas être offensé. Les opinions dérangeantes se voient ainsi souvent, plus souvent qu’avant, réduites au silence. Faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ? Le rapport cite le cas de l’Allemagne, pays qui reste marqué par son passé nazi et l’antisémitisme. Il a adopté en 2017 l’une des lois les plus prohibitives au monde quant aux discours haineux. Elle oblige les entreprises de médias sociaux (Facebook, Twitter…) à supprimer les messages racistes ou calomnieux signalés par les internautes dans les 24 heures, sous menace d’amendes pouvant aller jusqu’à plusieurs millions d’euros. « Les plates-formes de réseaux sociaux qui ont été créées pour offrir plus de liberté de parole finiront par devoir censurer leurs propres services », alerte le groupe d’experts.

 

The Economist Group, Democracy Index 2017. Free speech under attack, 2018.

 

 

L'indice de liberté des médias

The Economist Group utilise cinq critères pour évaluer l’autonomie des médias : l’indépendance par rapport aux pouvoirs politiques et économiques, la liberté d’expression et de protestation, l’amplitude de la couverture médiatique (diversité des sujets traités et des points de vue), l’accès libre à Internet. Chaque pays obtient un score de 0 à 10. Ils ne sont pas libres s’ils obtiennent un score égal ou inférieur à 4 points. Entre 5 et 8, ils sont partiellement autonomes. À partir de 9 points, ils sont considérés comme libres.

Ce classement rejoint les conclusions d’autres organismes, notamment Reporter sans frontières. Cet organisme désigne lui aussi l’Asie, l’Afrique et le Moyen-Orient comme les régions du monde où les médias sont les plus dépendants. L’évaluation se base sur sept indicateurs relatifs aux relations avec le politique et l’économie, à l’expression d’opinions plurielles ou encore aux conditions de travail des médias (cadre légal, autocensure, exactions contre des journalistes…).

Toutefois, les organismes n’indiquent pas comment ils contrôlent les réponses que fournissent les experts. Sans vérification, un spécialiste peut évaluer plus ou moins objectivement la liberté des médias…

Source : www.rsf.org

 

 

https://www.scienceshumaines.com/liberte-de-la-presse-un-bilan-mondial_fr_39459.html



Partager l'article:

Lakroa en direct
  • 03 May. 2019 - 07:39-

    2019, des médias sous influence. La précarité des journalistes et des médias malgaches les rend particulièrement vulnérables à l’influence des hommes d'affaires et des responsables politiques qui possèdent de nombreux organes de presse. L’élection présidentielle remportée fin 2018 par l’ex-leader de la transition Andry Rajoelina a confirmé la très forte politisation des médias locaux et notamment de la presse écrite. La quasi-totalité des titres ayant pris parti pour l’un ou l’autre des principaux candidats, l’accès à une information neutre et indépendante a été fortement limité. Le ministère des Affaires étrangères a directement écrit à l’ambassade d’Allemagne pour empêcher la publication d’un sondage dans un magazine d’information financé par une fondation allemande. Sur le plan légal, le Code de la communication adopté en 2016 fait référence. Au classement mondial de la liberté de la presse 2019 de RSF, Madagascar se trouve à la 54 place, classement depuis 2013.

  • 27 Mar. 2019 - 14:16-

    . Ho avy ny Papa. ny fanambarana ofisialy nataon'ny Nonce ny tolakandron'ny 27 Marsa teo fa ho avy hanatanteraka famangiana apostolika eto Madagasikara ny Papa Fransoa. Ny 6 sepitambra izy no eto hatramin'ny alahady 8 sepitambra. Feno 30 taona izao no nandalovan'ny Papa iray voalohany teto Madagasikara dia ny Papa Joany Paoly faha2 izany.


  • 27 Mar. 2019 - 14:16-

    . Ho avy ny Papa. ny fanambarana ofisialy nataon'ny Nonce ny tolakandron'ny 27 Marsa teo fa ho avy hanatanteraka famangiana apostolika eto Madagasikara ny Papa Fransoa. Ny 6 sepitambra izy no eto hatramin'ny alahady 8 sepitambra. Feno 30 taona izao no nandalovan'ny Papa iray voalohany teto Madagasikara dia ny Papa Joany Paoly faha2 izany.


  • 06 Mar. 2019 - 07:23-

    Carême 2019. Le temps de Carême 2019 commence ce jour, Mercredi des cendres. Pour nous accompagner dans ce temps fort de notre foi voici deux liens :

    Message intégrale du Pape pour ce Carême 2019

    https://www.lakroa.mg/item-1640_articles_une_18-ala-craation-attend-avec-impatience-la-ravalation-des-fils-de-dieua-rm-819.html  

    Et une analyse succincte de ce message

    https://www.lakroa.mg/item-1641_articles_religion_18-se-convertir-pour-auvrer-a-la-rademption-de-la-craation.html


  • 31 Jan. 2019 - 06:49-

    Bilan provisoire global en date du 30 janvier 2019 à 18h. Le bilan provisoire global après les « Fortes pluies » et « Tempête Tropicale Modérée EKETSANG» fait état de : • 27 Décédés (18 à cause du glissement de terrain, 4 morts par noyade, 1 mort d’un écroulement d’une maison suite à l’inondation, 4 morts d’un écroulement d’une maison) ; • 1 Disparu (emportée par l’eau) ; • 3 Rescapés (suite au glissement de terrain) ; • 9 586 Sinistrés (254 dues au glissement de terrain et 9 332 à cause de l’inondation) ; • 833 Déplacés actuels (451 dues au glissement de terrain et 382 à cause de l’inondation) ; • 2 462 Déplacés cumulés (518 dues au glissement de terrain et 1 944 à cause de l’inondation) ; • 1 778 Cases d’habitation inondées ; • 187 Cases détruites (7 dues au glissement et 83 dues à l’inondation).
    CECI EST LE DERNIER BULLETIN EN CE QUI CONCERNE L’INONDATION ET LE GLISSEMENT DE TERRAIN DE CES DEUX DERNIERES SEMAINES A MADAGASCAR. (Source : BNGRC, Centre d'Etudes de Réflexion de Veille et d'Orientation).

  • 29 Jan. 2019 - 07:10-

    Bilan provisoire global en date du 28 Janvier 2019 à 20h. Le bilan provisoire global après les « Fortes pluies » et « Tempête Tropicale Modérée EKETSANG» fait état de : • 21 Décédés (18 à cause du glissement de terrain, 2 morts par noyade, 1 mort d’un écroulement, d’une maison suite à l’inondation) ; • 1 Disparu (emportée par l’eau) ; • 3 Rescapés (suite au glissement de terrain) ; • 8 466 Sinistrés (254 dues au glissement de terrain et 8 212 à cause de l’inondation) ; • 1 934 Déplacés actuels (450 dues au glissement de terrain et 1 484 à cause de l’inondation) ; • 2 304 Déplacés cumulés (518 dues au glissement de terrain et 1 786 à cause de l’inondation) ; • 1 603 Cases d’habitation inondées ; • 62 Cases détruites (7 dues au glissement et 55 dues à l’inondation). Source : Centre d'Etudes de Réflexion de Veille et d'Orientation.

  • 28 Jan. 2019 - 07:43-

    Bilan provisoire global en date du 27 janvier 2019 à 19h. Voici le bilan après les « Fortes pluies » et « Tempête Tropicale Modérée EKETSANG» qui fait état de :
    • 21 Décédés (18 à cause du glissement de terrain, 2 morts par noyade, 1 mort d’un écroulement d’une maison suite à l’inondation) ;
    • 1 Disparu (emportée par l’eau) ;
    • 3 Rescapés (suite au glissement de terrain) ;
    • 8 031 Sinistrés (201 dues au glissement de terrain et 7 830 à cause de l’inondation) ;
    • 1 236 Déplacés actuels (134 dues au glissement de terrain et 1 102 à cause de l’inondation) ;
    • 1 605 Déplacés cumulés (201 dues au glissement de terrain et 1 404 à cause de l’inondation) ;
    • 1 603 Cases d’habitation inondées ;
    • 62 Cases détruites (7 dues au glissement et 55 dues à l’inondation). (Source : Centre d'Etudes de Réflexion de Veille et d'Orientation).

  • 25 Jan. 2019 - 11:26-

    Nominations lors du Premier Conseil des ministres. Ce jeudi 24 janvier, après la nomination du nouveau gouvernement, le Président Rajoelina, a présidé le premier conseil des ministres au Palais d’Etat d’Iavoloha.
    Décret abrogeant le décret n°2016-140 du 02 mars 2016 et portant nomination de Madame ANDRIAMBALO Lala Ratompoalizo, Directeur du Protocole d’Etat auprès de la Présidence;
    Décret portant nomination de Ramaholimasy Holder, Directeur Général de la Présidence en charge des Affaires Politiques;
    Décret portant nomination de Andriamanananoro Augustin, Directeur Général de la Présidence en charge des Projets;
    Décret portant nomination de Sahondrarimalalala Marie Michelle, Directeur des Etudes Juridiques de la Présidence;
    Décret portant nomination de Raharinosy Jimmy, Directeur des Systèmes d'Information.
    Lalatiana Raktotondrazafy est le porte-parole du gouvernement

  • 24 Jan. 2019 - 07:49-

    Bulletin flash du 23 janvier. Bilan provisoire global en date du 23 Janvier 2019 à 18h transmis par le Centre d'Etudes de Réflexion de Veille et d'Orientation. Le bilan provisoire global fait état de : 16 décédés (15 à cause du glissement de terrain et 1 mort par noyade) ; 4 disparus (3 à cause du glissement de terrain et 1 emportée par l’eau) ; 3 rescapés (suite au glissement de terrain) ; 5 763 sinistrés (201 dues au glissement de terrain et 5 562 à cause de l’inondation) ; 503 déplacés cumulés (201 dues au glissement de terrain et 302 à cause de l’inondation) ; 1 588 cases d’habitation inondées ; 31 cases détruites (7 dues au glissement et 24 dues à l’inondation).

  • 24 Jan. 2019 - 06:30-

    IML - Le lancement officiel de l’Institut Malagasy de Leadership (IML) s’est tenu le 17 janvier 2019 au Carlton Antananarivo. IML a été créé avec la collaboration entre le Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS) et l’Institut d’Etudes Politiques (IEP, pour que les dirigeants puissent mener sans failles avec courage l’envie de réussir ensemble en servant le bien commun. La formation est destinée à toutes les personnes qui cherchent à mieux se préparer pour diriger les secteurs économiques et administratifs tant au niveau national qu’international. IML offre deux sessions pour l’année 2019, une en mars et l’autre en octobre.

  • 22 Jan. 2019 - 14:46-

    Le staff du PRM Rajoelina. Rajoelina Andry Nirina, a tenu son premier conseil des ministres restreint, ce lundi 21 janvier 2019 au Palais d’État d’Iavoloha. Il a nommé ses proches collaborateurs. Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald a été nommé Secrétaire général de la Présidence. Andriamaholy Onjaniaina Dina est nommé au poste Secrétaire Général Adjoint de la Présidence. Et, Delmotte Stéphanie a été nommée Directeur de Cabinet civil de la Présidence. On attend donc les autres membres entre autres le directeur de cabinet militaire,  le directeur administratif et financier…

  • 22 Jan. 2019 - 14:45-

    Reconduction du PM Christian Ntsay. Conformément aux dispositions de l’article 54 de la Constitution de la Quatrième République, les députés issus du groupe de partis majoritaires à l’Assemblée Nationale, en l’occurrence le MAPAR, ont proposé le nom de NTSAY Christian Louis au poste de Premier Ministre. Aussi, Son Excellence Monsieur le Président de la République, Rajoelina Andry Nirina, a pris le décret n°2019-016 portant nomination du Premier ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur NTSAY Louis Christian.

  • 21 Jan. 2019 - 15:57-

    Gouverneur de région ? Dans son premier discours après la prestation de serment ce 19 janvier, le président Andry Rajoelina a utilisé le mot “gouverneur” de région. On lit dans la Constitution que “La fonction exécutive est exercée par un organe dirigé par le Chef de Région élu au suffrage universel. Le Chef de Région est le premier responsable de la stratégie et de la mise en œuvre de toutes les actions de développement économique et social de sa région. Il est le Chef de l’Administration de sa région.” Première entorse devant le gardien de la Constitution ?

  • 21 Jan. 2019 - 15:34-

    10 décès au moins. Les pluies torrentielles tombées sur Antananarivo dans la soirée du samedi 19 janvier ont perturbé la fin des festivités de la prestation de serment du Président Rajoelina (fête à Mahamasina, feux d’artifices annulées). Mais plus grave, elles ont provoqué un éboulement en plusieurs endroits et plusieurs maisons ont été démolies. Plusieurs personnes ont été ensevelies sous les décombres. Plusieurs personnes ont été sauvées mais on déplore une dizaine de victimes. On compte au moins 10 personnes décédées et on craint que le nombre ira en croissant.

  • 19 Jan. 2019 - 11:48-

    Hevi-dehibe notsoahina tamin'ny lahatenin'ny filoha Rajoelina. Ezaka lehibe no atao momba ny famokarana ny herinaratra. Politikan’ny kibo velaran-tany hovolena, tsy hanafatra vary intsony. Hitsinjo sy hanampy ireo tena marefo efa eny ambony sambo ny vary tena mora ho zaraina sy hamidy mora. Asa fa tsy kabary. Hanangana sy hanorina tanana vaovao isika ho modely aty amin’ny ranomasina Indiana izay atomboka amin’ity taona ity ihany. Ho mpandresy amin’ny lafiny rehetra ny Malagasy. Ampiray sy ampitambatra ny Malagasy aho. Tsy ny eto antananarivo ihany no hisitraka fa hapetraka ny fanamby fa hisitraka izany ny any amin’ny faritra. Apetraka ny governora hisolo ny lehiben’ny faritra. Izy ireo no hitarika ny asa goavana. Omentsika fitaovana manokana fanamboaran-dalana ny faritra rehetra. Ho lasa 23 ny faritra. Tsy ekeko ny gaboraraka. Tsy azo ekena ny fanaovana tolotrasa kanefa tsy  nisy asa notanterahina akory. Ady amin’ny kolikoly sy fitsarana marina tsy mitanila. Tsy ekeko ny fitsabahana amin’ny raharaha fitsarana.

    Tsy fandriampahalemana. Vahaolana koa ampitomboina ny isan’ny mpitandro filaminana. Ho vatsiana fitaovana mendrika manaraka ny toetrandro ny foloalindahy sy mpitandro filaminana. Handalo eto ny santionany amin’ny fitaovana tsy mataho-bala. Fankahalana fanaratsiana fisaraham-bazana hahilika izany.

  • 18 Jan. 2019 - 08:14-

    Passation à Iavoloha. Selon l’article 48 de la constitution “La passation officielle du pouvoir se fait entre le Président sortant et le Président nouvellement élu.” Il n’est nullement indiqué que c’est le président démissionnaire ou le président intérimaire. La passation se fera officiellemen ce vendredi 18 janvier. Selon la rumeur la passation se fera entre le président Rajaonarimampianina qui a démis de ses fonctions présidentielles en septembre 2018 et le président Rajoelina. Si cela se fera cela veut dire une passation des dossiers de janvier 2014 à septembre 2018. Qu’en sera-t-il des dossiers durant l’intérim ? Y aura-t-il une autre cérémonie de passation ce vendredi aussi ?


  • 09 Jan. 2019 - 08:42-

    Le FFKM présente ses vœux au Président de la République p.i. Les représentants du Conseil Chrétien des Eglises (FFKM), sont venus présenter les vœux de nouvel an au Président de la République p.i, Rivo Rakotovao, au palais d’Ambohitsorohitra, le 8 janvier 2019. Le Président en exercice de la FFKM a évoqué lors de la rencontre l’importance de la période que traverse le pays à l’heure actuelle, et n’a pas manqué de souligner l’union dans la prière pour la marche du pays ; il a aussi mis en relief la noble mission et les responsabilités qui incombent au Chef de l’Etat, Rivo Rakotovao, et invoqué la bénédiction divine à son endroit ainsi qu’à sa famille.

  • 07 Jan. 2019 - 14:16-

    Jours fériés de 2019. Mardi 1er Janvier, Vendredi 8 Mars : Journée de la Femme. Vendredi 29 Mars : Jour des martyrs 1947. 21 Avril : Pâques ; 22 Avril : Lundi de Pâques. Mercredi 1er Mai : Fête du travail. 30 Mai : Ascension. 4 Juin : L'Aïd el Fitr. 9 Juin : Pentecôte ; 10 Juin : Lundi de Pentecôte. 26 Juin : Fête de l'Indépendance. 11 Aout : L'Aïd el kebir ou Aïd-al-adha. 15 Août : Assomption. Vendredi 1er Novembre : Toussaint. 25 Décembre : Noël.

  • 05 Jan. 2019 - 09:59-

    Différents cas d’annulation d’une élection. Suivre les liens

    http://www.lakroa.mg/item-1607_articles_monde_18-la-cour-suprame-annule-laalection-prasidentielle.html


    http://www.lakroa.mg/item-1608_articles_monde_18-annulae-a-cause-daune-utilisation-abusive-de-facebook.html

  • 04 Jan. 2019 - 07:17-

    Résultats officiels le 8 janvier. La HCC, Haute Cour Constitutionnelle, dans un communiqué publié sur son site fait savoir la date de la proclamation officielle des résultats. La HCC procèdera à la proclamation officielle du second tour de l’élection présidentielle le mardi 8 janvier 2019 à 15 heures. La cérémonie aura lieu à la salle de proclamation du Palais d’Etat d’Ambohidahy. Pour la la HCC, s’applique de facto l’Article 61 de la Loi organique N°2018-009 relative à l’élection du Président de la République qui dit que la HCC procède à la proclamation officielle des résultats définitifs dans un délai de neuf (9) jours à partir de la date de publication des résultats provisoires par la CENI.

Du même auteur

une
religion

Dans la même rubrique

une
une
Publicité