logo
Lakroan'i Madagasikara
Dossier : Problème foncier à Ankililoaka

Le livre foncier efface le droit d’héritage ancestral

Ravonjiniaina il y a 10 années

Les locataires minoritaires accaparent et demandent l’expulsion des propriétaires héritiers, qui sont majoritaires, de leur terre dans le fokontany Ankililoaka I, commune rurale Ankililoaka, district Toliara 2, région Atsimo Andrefana. Investigation. Ravonjiniaina

Le livre foncier efface le droit d’héritage ancestral

Les locataires minoritaires accaparent et demandent l’expulsion des propriétaires héritiers, qui sont majoritaires, de leur terre dans le fokontany AnkililoakaI, commune rurale Ankililoaka, district Toliara 2, région Atsimo Andrefana. Investigation.




Etre héritier ne signifie pas qu’on est propriétaire


L’acquisition de terrain à exploiter dépend seulement de l’accord verbal entre le propriétaire et le locataire dans le fokontany d’AnkililoakaI. Cette pratique occasionne actuellement de litiges fonciers et entraîne de conflits sociaux car les descendants des locataires ont réussi à obtenir des titres à leurs noms ce qui signifie que les terres leurs appartiennent légalement. Ils ont titré et borné les terrains. En même temps, les vendeurs n’ont aucun document légal signifiant que le terrain leur appartient. Cette situation engendre des conflits entre les héritiers n’ayant pas de papier, les locataires devenant propriétaire de livre foncier, et les acheteurs.

Selon les statistiques auprès du fokontany à Ankililoaka, seulement 2ha sur 1000ha sont titrés et bornés. Face à cela, les responsables au sein des services administratifs se rejettent les responsabilités.

D’une part, Holede Bin Issouf, coordonnateur de projet de la Région Atsimo Andrefana, explique que “la région ne s’immisce pas dans les litiges fonciers des simples citoyens, une affaire qui est du ressort de la responsabilité de la commune”. D’autre part, la commune accuse une faille au niveau de la région et le service des domaines. Selon l’explication de Fihaogna Mahatsinjo, maire de la commune rurale d’Ankililoaka, «le problème qui entrave l’immatriculation foncière provient de la région et le service des domaines car le pouvoir de la commune se limite à la légalisation de la signature dans l’acte de vente». Or ce papier n’a quasiment aucune valeur juridique sur la propriété foncière, d’après le juge YARRA Luc Eugenesse, président du tribunal de 1ère instance de Toliara. Il précise qu’ «au moins il devrait y avoir un certificat juridique pour identifier le vrai propriétaire».

L’insuffisance de sensibilisation sur l’importance de la demande de titre et de borne auprès des services du domaine est également une cause du problème foncier dans la région Atsimo-Andrefana car la majorité de la population interrogée ignore l’existence de la loi régissant le foncier.

Par ailleurs, «les frais administratifs au sein du service des domaines sont coûteux et la procédure est lourde», d’après les explications de Rahobimanjakaharivelo Andrea Sylvie, chef de service régional des domaines Atsimo-Andrefana.




L’héritage familial devient la propriété de ceux qui ont du papier administratif

La somme de 10 millions d’Ariary n’a pas suffi à restituer les 6ha de rizières à l’est d’AnkililoakaI, appartenant à Désiré Demisiel qui a laissé 11 héritiers, frères et sœurs. Une somme qu’ils ont collecté pour traiter l’affaire de litige foncier au tribunal contre les descendants du locataire Redida Lorent, qui ont su plus tard se procurer un livre foncier à leurs noms. Confiant de la valeur juridique de leur document, ces derniers ont déposé une requête au tribunal notifiant qu’ils sont les propriétaires, et demandent l’expulsion des héritiers de Désiré Demisiel. Le verdict du tribunal a changé deux fois. Le Tribunal de première instance a donné le droit de propriété aux descendants de Désiré Demisiel, mais le verdict de la Cour d’appel a statué que le terrain, source de litige, appartient légalement aux descendants de Redida Lorent.

YARRA Luc Eugenesse, juge, président du tribunal de 1ère instance à Toliara, explique que le gain de cause devant le tribunal ne dépend pas de l’argent. D’où la victoire des descendants de Redida Lorent, qui ont exploité la terre selon l’accord verbal et par la suite ayant obtenu une immatriculation de la propriété en leur nom.

Ces derniers ont reconnu l’existence d’un accord verbal des parents respectifs concernant la location de la propriété. Mais plus tard quand les parents sont tous décédés, les descendants de Redida Lorent ont décidé de faire le nécessaire pour avoir légalement le terrain et ils ont réussi Les héritiers sont vaincus devant le tribunal, et la terre devient la propriété des locataires.


Les litiges fonciers au sein des fokonolona ne sont pas résolus à la base

La commune et le fokontany sont les responsables directs de la résolution des litiges fonciers au sein des fokonolona (villageois). Tandis que la responsabilité de la région se concentre sur les grands litiges fonciers entre la population locale et les étrangers dont ceux qui font de l’extraction minière.

«La responsabilité du fokontany, dit Razafimaniry Dimby adjoint du chef fokontany AnkililoakaI, est d’enregistrer les requêtes des protagonistes et de les transférer au niveau de la commune». De son côté le maire d’Ankililoaka Fihaogna Mahatsinjo, explique qu’«on a terminé le recensement ordonné par la région en 2010 afin d’apporter de solutions sur le problème de terrain non titré. Or jusqu’à maintenant l’affaire n’a pas de suite au niveau de la région»

La situation se complique également à cause du manque d’enthousiasme des héritiers à s’occuper des papiers que lorsque les problèmes surgissent, selon l’explication de Rahobimanjakaharivelo Andrea Sylvie, chef du service régional des domaines Atsimo Andrefana.

Des efforts de sensibilisation ont été entrepris et des actions de distribution de livres fonciers ont eu lieu en collaboration avec le BAD (Banque Africaine de Développement), dans un projet qui s’est achevé en 2013. Près de 1900 titres fonciers devraient être distribués mais la population concernée n’était pas enthousiaste à payer les frais nécessaire qui sont fixés à 5000Ar par borne et 20000Ar par titre.

«Presque tous les héritiers s’appuient sur les accords ancestraux qui n’ont pas de valeur juridique face à la possession d’un livre foncier», dixit le Dr Tsibara Mbohoahy, enseignant chercheur à la faculté des sciences à l’Université de Toliara. La possession des papiers légaux est jusqu’à maintenant l’unique garantie de la propriété foncière.

Interview


YARRA Luc Eugenesse, juge, président
du tribunal de 1ère instance à Toliara

«Seul le droit moderne est considéré devant le tribunal»

-Quel est la source du problème foncier à Toliara?

Ce sont surtout les personnes ayant acquis l’immatriculation foncière qui déposent une requête afin d’expulser les héritiers du terrain. Ces derniers ne connaissent pas la loi mais s’appuient sur la tradition pensant que la terre leur appartient. Il existe deux sortes de lois: la loi coutumière et la loi moderne. Cette dernière est basée sur la possession des papiers légaux qui ont une valeur juridique.

-Quelle est la différence entre ces deux lois?

Seul le droit moderne a de la valeur juridique. C’est-à-dire qu’en litige foncier, ceux qui possèdent des papiers administratifs gagnent la partie. Le droit coutumier repose seulement sur les accords verbaux, c’est-à-dire du consensus au sein des villageois. On l’utilise en particulier au tribunal lorsqu’il y a un manque de précision dans le droit moderne.

-Le droit coutumier n’a-t-il donc aucune utilité à nos jours?

Si les deux parties en litiges n’ont pas de papiers justificatifs, l’affaire peut être résolue par le droit coutumier. Les villageois, le fokontany et la commune ont une grande responsabilité là-dessus. En principe, l’affaire peut être résolue, à moins que les responsables étatiques du pouvoir à la base (à savoir le chef fokontany et le maire) ne sont pas neutres. Ce qui amène certaines personnes non satisfaites des accords à déposer de requêtes au tribunal.

-Qu’est-ce qui retarde le traitement des dossiers au tribunal?

Le verdict n’est prononcé que si les deux parties sont toutes satisfaites. Il y a des étapes à respecter. D’abord, le procès civil, au niveau du tribunal de première instance, ensuite le Cour d’appel et le Cour suprême. Dans la pratique, il faut attendre le verdict définitif c’est-à-dire la fin de tout le processus judiciaire pour pouvoir appliquer l’expropriation. Or l’application de la décision de la justice est souvent difficile lorsque le vaincu n’accepte pas sa défaite et réplique avec agressivité, d’où le recours aux services de l’huissier de justice et des forces de l’ordre.

-Faut-il préparer de l’argent pour un procès?

Oui, tout à fait. Je tiens à préciser que primo, le procès civil n’est pas gratuit mais payant. Secundo, les divers va-et-vient de ceux qui ont une affaire au tribunal nécessitent des dépenses. Puis encore, il y a les honoraires des huissiers, des forces de l’ordre et des avocats. A noter que le juge ne touche pas de l’argent directement de ceux qui ont des affaires, sinon c’est de la corruption.

-Avez-vous de solutions pour le problème foncier?

Toliara n’a pas de guichet foncier, il faut les multiplier car le service domanial ne peut pas accomplir seul tout le travail. A part cela, il faut des moyens matériels, des ressources humaines et financières suffisantes pour bien accomplir les travaux. Il faut également une campagne de sensibilisation à grande échelle sur l’importance de la loi foncière.




Ils ont dit concernant la propriété foncière

En général, la plupart de la population d’Ankililoaka I ne sait pas et ne veut pas savoir des questions relatives à la loi sur la propriété foncière. Les gens s’attachent presque tous à l’organisation traditionnelle.

  • Solondratavy, notable dans le village: «Le terrain que nous utilisons ici n’est pas enregistré mais nous y habitons tout simplement. Pour nous la terre a une valeur symbolique.»

  • Randrianasolo François, anthropologue: «Je mesure moi-même mes terres avec de la corde. En général, ici les gens pratiquent l’estimation pour mesurer leur propriété. »

  • Deda Jean Alphonse, simple citoyen sans travail: «Nous avons acheté un terrain, nous ignorons de la loi, seulement nous avons fait un accord avec le propriétaire, nous l’avons acheté en 1991. Nous y avons construit une maison.»

  • Realy Hantanirina, repiqueuse de riz : «Ces terres sont notre héritage de la part de nos grands-pères. C’est tout, on ignore de ces loisbasées sur le droit moderne. ».

  • Zafy Léonce, une lavandière: «Nous avons de terrains, je ne sais pas en ce qui concerne la loi, c’est seulement mon père qui les a acheté. »

  • Fihaogna Mahatsinjo, maire de la commune rurale d’Ankililoaka: «Seulement un bien sans papier justificatif mais nous vivons d’un bien hérité de nos ancêtres. Avec les nouveaux dirigeants de l’Etat, nous espérons une facilitation de l’acquisition des terres afin de sauver notre patrimoine.»





Lois sur le foncier

Jusqu’à la mise en place de la nouvelle politique foncière dont un atelier a été organisé au Panorama Andrainarivo les 19 et 20 juin 2014, la propriété foncière est régie par les lois suivantes:

- Loi n°2005-019 du 17 octobre 2005 fixant les principes régissant les statuts des terres

-Loi n°2006-031 du 24 novembre 2006 fixant le régime juridique de la propriété foncière privée non titrée. Le guichet foncier est mis en place au sein de la commune qui délivre le certificat foncier.



Procédure et démarche à suivre pour obtenir le livre foncier

-D’abord, c’est l’Etablissement du plan régulier au service topographique qui s’occupe des repérages des terrains. Après, c’est le payement de la caution de 5000 Ar pour l’obtention du numéro d’enregistrement servant de référence pour le suivi du dossier. Puis, il faut une descente sur le terrain pour effectuer l’état de lieu et établir un constat. Un second repérage est par la suite à effectuer pour assurer que le dossier peut être traité.

-Ensuite, c’est l’inscription pour l’obtention du titre. Il faut donner un nom au titre et payer 50000Ar pour obtenir numéro du titre.

-Après le titre, c’est la préparation du dossier pour le bornage au service topographique. Il s’ensuit la remise définitive du dossier au service des domaines par le service topographique. Le plan définitif qui y arrive est approuvé par le chef de région ou le ministre selon la superficie du terrain (cf «Tsara ho fantatra» Lakroa du 8 juin 2014, p8). On paie les droits au service enregistrement et timbre, puis on revient au service des domaines qui délivre le livre foncier.




Découvrons le village d’Ankililoaka

Il a sa spécificité et qui soutient la comparaison avec les autres

Historique:

Ankililoaka (tamarinier troué) a eu son nom à cause de l’existence d’un grand tamarinier au centre du village, lieu de demande de bénédiction. En plein centre du corps de cet arbre il avait un grand trou, d’où le nom: Ankililoaka.

Emplacement Géographiquement: il se trouve 70 km, au nord de Toliara

Nombre d’habitants: environ 60000

Nombre de fokontany(villages): 23, très loin les uns des autres.

Ethnie: population Masikoro

Infrastructure sanitaire: la commune a 1 CSB II (Centre de Santé de Base) public et 2 centres de santé privés

Infrastructure scolaire : Ankililoaka a plusieurs écoles publiques, des écoles privées non confessionnelles, et des écoles confessionnelles

Production agricole : riz, manioc, coton, tomate

A savoir:

-Tokotany: terme utilisé par la population pour désigner le terrain à bâtir le logement.

-Tany: terme pour définir les rizières et les terres cultivées.

- Pour maintenir la sécurité, les villageois font appel au «jamà», des agents de sécurité indépendants, armés et possédant de pouvoirs surnaturels en utilisant une puissant gris-gris très efficace contre les dahalo (cf Lakroan’i Madagasikara du 13 juillet 2014, p.14).

- Ankililoaka a Amboboka, un lieu qui absorbe l’attention où de l’eau claire jaillit, un lieu spécial qui peut être aménagé pour devenir un site touristique.

-Lieu d’exploitation d’engrais provenant des excréments de chauve-souris par la société Guanomad.

- La route nationale 9 (RN9) y passe, reliant Toliara-Morondava, une partie sera bitumée du PK2 à Toliara jusqu’au PK107 à Analamisampy. Dans le projet PAIR (Projet d’aménagement des infrastructures routières), n°P-MG-DB0-015. Projet à réaliser en 4 ans dont le coût de financement est de 60,47 millions d’UC. Il se répartit comme suit: 45,6 millions du FAD (Fonds africain de développement), 11,83 millions de l’OFID (Fonds de l'OPEP pour le Développement International), et 4,03 millions de l’Etat malagasy.

Partager l'article:

Lakroa en direct
  • 02 Mar. 2022 - 06:38-

    Point de situation cyclone tropical Emnati. Bilan humain du 01 mars 2022 à 18h00. 15 décès enregistrés (05 à Farafangana, 02 à Ihosy, 03 à Vangaindrano, 04 à Manakara et 01 à Mananjary). • 169 583 personnes sinistrées (44 046 ménages) ; • 17 265 personnes déplacées (4 166 ménages) dans 71 sites d'hébergement de 11 Régions (Amoron'i Mania, Androy, Anosy, Atsimo Andrefana, Atsimo Atsinanana, Fitovinany, Ihorombe, Matsiatra Ambony, Sofia, Vakinankaratra et Vatovavy).

  • 28 Feb. 2022 - 10:31-

    Bilan provisoire des dégâts après passage du Cyclone Tropical Emnati : Bilan humain du 26 Février 2022 à 16h00
    · 09 décès enregistrés dont 04 à Farafangana, 02 à Ihosy et 03 à Vangaindrano ;
    · 121 770 sinistrés (soit 33 280 ménages) dont 76 674 sinistrés (soit 16 952 ménages) pour la Région Atsimo Atsinanana ;
    · 86 995 personnes déplacées (soit 18 974 ménages) dont 66 118 personnes (soit 14 342 ménages) pour la Région Atsimo Atsinanana ;
    · L’ensemble des personnes déplacées est hébergé dans 123 sites d'hébergement de 12 Régions : Amoron'i Mania, Androy, Anosy, Atsimo Andrefana, Atsimo Atsinanana, Atsinanana, Fitovinany, Ihorombe, Matsiatra Ambony, Sofia, Vakinankaratra et Vatovavy.

  • 27 Feb. 2022 - 10:29-

    Bilan provisoire des dégâts après passage du Cyclone Tropical Emnati : Bilan humain du 26 Février 2022 à 16h00
    · 09 décès enregistrés dont 04 à Farafangana, 02 à Ihosy et 03 à Vangaindrano ;
    · 121 770 sinistrés (soit 33 280 ménages) dont 76 674 sinistrés (soit 16 952 ménages) pour la Région Atsimo Atsinanana ;
    · 86 995 personnes déplacées (soit 18 974 ménages) dont 66 118 personnes (soit 14 342 ménages) pour la Région Atsimo Atsinanana ;
    · L’ensemble des personnes déplacées est hébergé dans 123 sites d'hébergement de 12 Régions : Amoron'i Mania, Androy, Anosy, Atsimo Andrefana, Atsimo Atsinanana, Atsinanana, Fitovinany, Ihorombe, Matsiatra Ambony, Sofia, Vakinankaratra et Vatovavy.

  • 08 Feb. 2022 - 11:09-

    Olana nateraky ny compte fake. Niala tsiny tamin’i Madagascar Espace i Raveloson Lee Priscilla, administrateur ny page « Mariazy ho anao », ny zoma 4 fevier lasa teo teny andrefan’Ambohijanahary. Niala tsiny satria nahatsiaro ho nanana fahadisoana noho ny famelana ilay vaovao nataon’i Raholiarimanga Lovasoa tompon’ny « compte fake Wella Romène » ka niteraka fahavoazana lehibe ho an’i Madagascar Espace. « Tsy nohamariniko akory manko ny fahamarinan’io publication io, ary Raholiarimanga Lovasoa tompon’ny « compte fake Wella Romène » dia tsy nanao mariazy tao amin’ity toerana ity araka ny fanamarihana nataon’ny tompon’andraikitra ao amin’ny cybercriminalité.

  • 01 Feb. 2022 - 06:52-

    Bilan provisoire des dégâts (31 Janvier 2022 – 18h00). • 55 personnes décédées (Analamanga 39, Alaotra Mangoro 7, Fitovinany 2, Vatovavy 3, Sofia 2, Analanjirofo 1, Matsiatra Ambony 1); • 131 549 sinistrés répartis dans 12 régions (Alaotra Mangoro, Analamanga, Analanjirofo, Atsinanana, Boeny, Diana, Fitovinany, Itasy, Matsiatra Ambony, Sofia, Vakinankaratra, Vatovavy) ; • 27 581 personnes déplacées dont 27 200 réparties sur 72 sites d’hébergement pour le Grand Tanà qui reste l’épicentre des dégâts ; • 11774 cases d’habitation inondées ; • 58 cases d’habitation détruites.

  • 28 Jan. 2022 - 10:09-

    Bilan provisoire des dégâts (27 Janvier 2022 – 18h30). · 48 personnes décédées (Analamanga 33, Alaotra Mangoro 7, Analanjirofo 1, Fitovinany 2, Soafia 2, Matsiatra Ambony 1, Vatovavy 2) ; · 129 718 sinistrés répartis dans 12 Régions (Analamanga 33, Alaotra Mangoro 7, Analanjirofo 1, Fitovinany 2, Soafia 2, Matsiatra Ambony 1, Vatovavy 2, Atsinanana, Boeny, Diana, Itasy, Vakinankaratra) ; · 55 362 personnes déplacées dont 47 619 réparties sur 98 sites d’hébergement pour la Région Analamanga qui reste l’épicentre des dégâts ; · 11 791 cases d’habitation inondées ; · 58 cases d’habitation détruites.

  • 27 Jan. 2022 - 10:08-

    Bilan provisoire des dégâts (26 Janvier 2022 – 19h00). · 41 personnes décédées (Analamanga 32, Alaotra Mangoro 7, Analanjirofo 1, Matsiatra Ambony 1) ; · 110 394 sinistrés répartis dans 10 Régions (Analamanga 32, Alaotra Mangoro 7, Analanjirofo 1, Matsiatra Ambony 1, Atsinanana, Boeny, Diana, Itasy, Soafia, Vakinankaratra) ; · 71 781 personnes déplacées dont 55 859 réparties sur 90 sites d’hébergement pour la Région Analamanga qui reste l’épicentre des dégâts ; · 8 927 cases d’habitation inondées ; · 58 cases d’habitation détruites.

  • 26 Jan. 2022 - 03:30-

    Bilan provisoire des dégâts (25 Janvier 2022 – 17h) : · 39 personnes décédées Alaotra Mangoro (7), Analamanga (31), MatsiatraAbony 1; · 67 042 sinistrés répartis dans 7 régions Alaotra Mangoro, Analamanga, Atsinanana, Boeny, Diana, MatsiatraAbony, Sofia; · 38 929 personnes déplacées réparties sur 72 sites d’hébergement pour le Grand TANA qui reste l’épicentre des dégâts ; · 7 524 cases d’habitation inondées dont 57 détruites; · 5640 enfants privés de cours;  Â· 156 établissements scolaires touchés ; · 96% des personnes déplacées au niveau du Grand Tana (Source BNGRC).

  • 21 Jan. 2022 - 07:31-

    Bilan provisoire des dégâts pour Grand Tanà (20 Janvier 2022 – 18h) : 11 personnes décédées. 23 428 sinistrés. 9 091 personnes déplacées réparties sur 26 sites d’hébergement. 3 497 cases / maisons d’habitation inondées. 11 cases / maisons d’habitation détruites.


  • 20 Jan. 2022 - 07:30-

    Liste des sites d’hébergement actuels – Antananarivo (19 janvier). Pavillon Tsena Mora :187, Tentes dotées pour le fkt Amboditsiry : 650, Terrain foot près de Transport Leong ?, site Amboditanimena : 1 376, site Imamba : 410, Gymnase Mahamasina : 2 717, Bureau Fokontany Manjakamiadana : 183, EPP Manjakamiadana ?, bureau fkt Ambohipotsy : 200, ANS ampefiloha 32, Site Ambodimita : 16, EPP Andohatapenaka : 520, bureau fkt Antohomadinika IIIG Hangar (200) :  98, Epp Antohomadinika IIIG Hangar (110) 106, Gymnase Couvert Ankorondrano : 1 100, Bureau Fkt Andranoro : 8, bureau fkt Ambodihady : 10, bureau fkt Ankazomanga Atsimo : 265, Site Trano Karana près rond-point : 415, Bureau Fkt Ambodivonkely : 83, Biraom-pokontany Antanjombe Ambony : 81.

  • 18 Jan. 2022 - 20:35-

    Fifidianana ENAM. Migadona indray ity ny fotoam-pifidianana eny amin'ny ENAM Androhibe, anjaran' ny Cycle Expertise amin'ity indray mitoraka ity. 112 mianadahy izy ireo no indray handatsa-bato ho an'izay kandida laniny sy teliny hitantana ny andiany fahadimin'ny Cycle Expertise momba ny ady amin'ny tsy fahaiza-mitantanana eto amin'ny Firenena amin'ny alarobia 19 janoary 2022. Mizarazara amina - sampana efatra ny toeram-piofanana. Sampana samy miady amin'ny kolikoly sy ny tsy fanajana ny fahaiza-manao avokoa eo amin’ny ny asam-panjakana.

  • 31 Aug. 2021 - 09:26-

    Fahatezeran’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina teo Ivato. Tafaverina ny alatsinainy 30 aogositra teo ny filoha Rajoelina rehefa namita iraka ekonomika sy diplomatika tany Frantsa. Niara-dia tamin’ny mpilalao Barea sasay ny tenany. Nanao vaan-dresaka fohy tamin’ny mpanao gazety ny tenany teo ampahatongavana teo Ivato. Naneho ny hatezerany tamin’ny mpikambana ny FMF ny tenany (Federasiona Malagasy Football) izay nambarany fa nisakana ny fahafahan’ny mpijery manatrika ny alalan’ny Barea ny 2 spetambra. Hahita izay nanao sonia iny taratasy iy hoy izy.

  • 31 Aug. 2021 - 09:26-

    Fitokanana ny Kianja Barea Mahamasina. Nambaran’ny filoha nandritra ny tafa fohy ntaony  ho an’ny mpanao gazety teny Ivato fa ho tanterahina ny 4 septambra izao ny fitokanana ny Kianja Barea izay nokasaina natao ny 2 septambra. Ity kianja monisipaly ity dia nohavaozina nanomboka tamin’ny fiandohan’ny taona 2020, mitentina 77 tapitrisa dolara avy amin’ny volam-panjakana madiodio, araka ny nambara tamin’izany fotoana.

  • 31 Aug. 2021 - 09:25-

    Famindram-pitantanana teo amin’ny Praiminisitra sy ny minisitry ny harena ankibonan’ny tany teo aloha. Notontosaina tamin’ny 23 aogositra 2021 ny famindram-pitantanana teo amin’ny Praiminisitra Ntsay Christian sy ny minisitry ny harena an-kibon’ny tany teo aloha Ravokatra Fidiniavo. Ny Praiminisitra izany no mitantana ity minisitera ity taorian’ny fametram-pialan’ny minisitra Brice Randrianasolo telo andro taorian’ny nanendrena azy tamin’ny 15 aogositra 2021.

  • 31 Aug. 2021 - 09:25-

    Fahazoan’ny mpitsara bakalorea any Antsiranana vola tamin’ny faritra sy kaominina. Nanolotra vola ho an’ireo mpitsara fanadinana bakalorea izay nanao fitokonana ny governoran’ny Faritra Diana sy ny ben’ny tanànan’ny kaominina ambonivohitra Antsiranana tamin’ny 23 aogositra 2021. Mitentina 34 tapitrisa Ariary ny avy avy amin’ny governora ary 16 tapitrisa Ariary ny avy amin'ny ben’ny tanàna. Nilaza ny tsy hitsara manko ireo mpitsara raha tsy voaloa ny tambim-pitsaran’izy ireo teo aloha. Ny minisiteran’ny fampianarana ambony sy ny fikarohana siantifika anefa dia efa nilaza, araka ny fampahafantarana nataony tamin’ny 17 aogositra fa efa nalefa any amin’ny oniversite isanisany ny vola tambin-karaman’ireo mpitsara ny fanadinana bakalorea 2020.

  • 31 Aug. 2021 - 09:25-

    Fivoaran’ny ‘covid-19’ sy ny hamehana ara-pahasalamana. Tsikaritra ho vitsy ny tranga vaovao amin’ny ‘covid-19’ raha mitaha amin’ny fitiliana atao tamin’iny herinandro iny, fa misy ihany ny tranga ahitam-pahasarotana. 3/351, 5/578, 3/845 ohatra ny tranga vaovao tamin’ny fitiliana natao tamin’ny 26, 27, ary 28 aogositra. Ny 23 marsa 2020 ka hatramin’ny 27 aogositra 2021, miisa 241 052 no fitambaran’ny fitiliana natao, miisa 955 ireo lavo, miisa 42 862 ireo tranga ka ny 42 566 no sitrana araka ny antotanisa ofisialy avy amin’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Mbola ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana i Madagasikara raha ny didim-panjakana navoaka tamin’ny 22 aogositra 2021, ary mipetraka ireo fepetra sakana samihafa.

  • 31 Aug. 2021 - 09:24-

    Filaharana haka tapakila hidirana ao Mahamasina. Ho tokanana amin’ny 2 septambra, andro hanatanterahana ny lalao hifanandrinan’i Barea Madagasikara sy ny ekipan’i Bénin amin’ny fifanintsanana hiadiana ny amboara eran-tany 2022 ny kianja Barea ao Mahamasina, araka ny fandaminana avy amin’ny prezidansa nampitaina tamin’ny fiandohan’ny herinandro lasa teo. Filaharana lava hatramin’ny vao maraina no hita ny alakamisy 26 sy zoma 27 aogositra mba haka ny tapakila hidirana ao Mahamasina, hijery baolina sady hanatrika ny fitokanana ny kianja.

  • 31 Aug. 2021 - 09:24-

    Fandavan’ny CAF ny hanatrehan’ny mpijery ny lalao ao Mahamasina. Nolavin’ny CAF (Confédération africaine de football) ny fangatahan’ny sekretera jeneralin’ny FMF (Fédération malagasy de football) ny hahafahan’ny mpijery miisa 1500 hanatrika ny lalao baolina kitra hatao ao Mahamasina amin’ny alakamisy 2 septambra 2021, ao anatin’ny fifanintsanana hiadiana ny amboara eran-tany 2022 hatao any Qatar. Araka ny fampatsiahivan’ny CAF ao amin’ny valim-pangatahan’ny FMF tamin’ny 27 aogositra, dia araka ny lamina napetraky ny CAF sy ny FIFA ny tsy hanatrehan’ny mpijery ny lalao noho ny valanaretina ‘covid-19’.

  • 31 Aug. 2021 - 09:23-

    Hetsiky ny RMDM Frantsa sy fisamborana/ famotsorana an’i Fanirisoa Ernaivo. Nandritra ny dian’ny filoham-pirenena malagasy tany Paris no nisian’ny hetsiky ny rodoben’ny mpanohitra RMDM Frantsa tarihin’i Fanirisoa Ernaivo izay mitsikera hatrany ny fitantanan’ny filoha Rajoelina sy mitaky ny fialany. Nandritra ny fihaonana tamin’ny Medef ny 25 aogositra, dia nisy ny fisamboran’ny polisy frantsay ity mpitarika ny RMDM Frantsa ity noho ny vaovao nampitaina tamin’izy ireo fa hoe mitondra fitaovam-piadiana izy saingy navotsotra ihany satria tsy nahitana izany tany aminy. Nambara ihany koa ny fisian’ny ‘mandat d’arrêt international’ hisambotra azy saingy tsy azo notanterahina izany raha ny nambaran’ny nokasaina hosamborina satria mpialokaloka politika no maha any azy. Voalaza fa ‘mandat d’arrêt’ nosoniavin’ny minisitry ny raharaham-bahiny Patrick Rajoelina tamin’ny 16 aogositra izany. Ny minisitry ny fitsarana ankehitriny Imbiky Herilaza dia nanamafy fa didim-pitsarana efa nivoaka ny fisamborana azy, nilaza izy fa hifampiraharaha amin’ny fanjakana frantsay ny fanjakana malagasy ny hisamborana sy hampodiana an’i Fanirisoa Ernaivo aty Madagasikara.

  • 31 Aug. 2021 - 09:23-

    Vidin-javatra midangana sy ny minisitera. Nametraka ny tokony ho saran’ny entana sasantsasany ilaina andavanandro ato anatin’ny enim-bolana ny minisitry ny indostria sy ny varotra ary ny fanjifana Edgard Razafindravahy. Tamin’ny 26 aogositra teo no nitondrany ny fanazavana momba izany. Anisan’izany ny menaka fihinana « huile de palme » izay tsy tokony hihoatra ny 6000 Ariary ny litatra, ny menaka soja ‘en vrac’ tsy tokony hihoatra ny 7000 Ariary ary ny anaty tavoahangy mihidy tsy hihoatra ny 7500 Ariary, ny vary tsy tokony hihoatra ny 2300 Ariary ny kilao, ny siramamy tsy tokony hihoatra ny 2600 Ariary ny kilao, torak’izany koa ny lafarinina tsy tokony hihoatra ny 2600 Ariary ny kilao, ny arina fandrehitra tsy tokony hihoatra ny 23 000 Ariary ny gony. Mbola lavitry ny vidiny teo aloha izay efa tsy zakan’ny ankamaroan’ny olona ireo raha ny fanehoan-kevitry ny olona satria tany amin’ny 5000 Ariary ny litatry ny menaka taon-dasa. Ny filoha malagasy moa dia nanome andro telo hamahana ny olan’ity fidangan’ny vidin’entana ilaina andavanandro ity tamin’ny kabariny saingy tsy tafa izany raha ny zava-misy.

Du même auteur

monde
politique

Dans la même rubrique

une
une