logo
Lakroan'i Madagasikara
Chronique du J

La HCC a décidé de sortir une décision

Recueillis pas Babany C. il y a 4 années

Que selon la même DLC, ni le MAPAR, ni le VPM/MMM, ni le HIARAKA ISIKA ne répondent au statut de « parti » ou « groupe de partis » majoritaire à l’Assemblée Nationale visés par l’article 54 de la Constitution... La HCC a transformé le précédent avis en décision pour clore les débat.

Décision n° 12-HCC/D3 du 11 février 2015 relative à une demande de contrôle de constitutionnalité du Décret n°2015-021 du 14 janvier 2015 portant nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

La Haute Cour Constitutionnelle,

Vu la Constitution ;

Vu l’Ordonnance n°2001-003 du 18 novembre 2001 portant loi organique relative à la Haute Cour Constitutionnelle ;

Les rapporteurs ayant été entendus;

Après en avoir délibéré conformément à la loi ;

En la forme :

Considérant que par lettre du 23 janvier 2015, enregistrée le même jour au greffe de la juridiction de céans, les députés :

1. ALIDY Bin Soufou;

2. HARINOSY Rabenerika Charlot;

3. HENRI Jean Michel ;

4. MAHARAMBY Ndalana Espérant ;

5. MAMOD’ALI Hawel ;

6. MARA Niarisy ;

7. MILAVONJY Andriasy Philobert ;

8. NAHARIMAMY Lucien Irmah ;

9. NASSER Ahmed ;

10. RASOLOFO Samuelson Jean Baptiste ;

11. NIVO Rufin ;

12. RABARISON Joseph Aimé ;

13. RABEARISOA Jean Claude ;

14. RAFENOMANANTSOA Tsirimaharo Ny Aina

15. RAHANTANIRINA Lalao ;

16. RAHAROARILALA Tinoka Roberto Michael ;

17. RAHASIMANANA Paul Bert ;

18. RAHELIHANTA Jocelyne ;

19. RAHOLDINA Ranaivo Herinantsoina ;

20. RAJAOBELINA Lova Herizo ;

21. RAJAOZANANY Jean Claude ;

22. RAKOTOMALALA Lucien ;

23. RAKOTOMANGA Lantoarivola Sedera Andriambelovololona ;

24. RAKOTONIMANANA Solonirina ;

25. RAKOTOSOLOFONDRABE Zakamady ;

26. RAMAHASINDRY Koko Herisoa ;

27. RAMAHERIJAONA Hajanirina Lanto ;

28. RAMAROLAHY Maurice ;

29. MANANJARA Ruffine Aurelie ;

30. RANDRIAMIALISOA Willison ;

31. RANDRIANANDRAINA Théophile Christian ;

32. RANDRIANASOLO Dera Louis Charles ;

33. RANDRIANATOAVINA Jean Martin ;

34. RASALAMA Léon ;

35. RASOLONJATOVO Honoré ;

36. RATEFIARIVONY Jaona ;

37. RATSIVALAKA née RAHERIARIVO Marie Michelle ;

38. RAZAFINTSIANDRAOFA Jean Brunelle ;

39. RAZANADRABEARIMANANA Jacques Aurélien ;

40. RAZANAKOLONA Paul ;

41. RAZANAMAHASOA Christine Harijaona ;

42. ROILAHY ;

43. SEBANY Mouhamed ;

44. SOLAIMANA Mahamodo ;

45. TODY Arnaud ;

46. TOVONAY ;

47. TSABOTOKAY Honoré ;

48. VOLAHAINGO Marie Thérèse,

saisissent la Haute Cour Constitutionnelle pour le contrôle de constitutionnalité du décret n° 2015-021 du 14 janvier 2015 portant nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, conformément aux dispositions de l’article 118 alinéa 1er de la Constitution ;

Considérant qu’aux termes des dispositions de l’article 118 alinéa 1er de la Constitution, « (…) le quart des membres composant l’une des Assemblées parlementaires (…) (peut) déférer à la Cour Constitutionnelle, pour contrôle de constitutionnalité, tout texte à valeur législative ou réglementaire (…) » ;

Considérant que l’Assemblée Nationale est composée de 151 députés ; que le nombre des demandeurs dépasse largement le quart des députés exigé ;

Considérant que la saisine, régulière en la forme, est recevable ;

Au fond :

Considérant que selon les demandeurs, la nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le Général RAVELONARIVO Jean, par le Président de la République, méconnait les prescriptions constitutionnelles en la matière ;

Considérant que les demandeurs se fondent sur les articles 54 et 72 de la Constitution, ainsi que sur l’article 27 de l’ordonnance n°2014-001 du 18 avril 2014 fixant les règles relatives au fonctionnement de l’Assemblée Nationale, pour contester la conformité à la Constitution du décret n°2015-021 du 14 janvier 2015 portant nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

Que pour leur part, la lecture combinée de ces dispositions fait ressortir qu’en premier lieu, la présentation du Premier Ministre au Président de la République relève uniquement du parti ou du groupe de partis politiques majoritaire à l’Assemblée Nationale ; qu’il en résulte ainsi qu’il appartient uniquement aux instances compétentes des partis et groupes de partis politique formant la coalition politique majoritaire de signer l’acte de présentation du Premier Ministre, Chef du Gouvernement mais non les députés pris individuellement et encore moins les présidents des groupes parlementaires ; que les parlementaires ne sont pas toutefois exclus de ce processus dans la mesure où ceux-ci peuvent faire valoir leurs opinions au sein des instances compétentes de leurs groupes politiques respectifs. ;

Qu’en second lieu, les députés élus sous le nom d’un parti ou groupe de partis politiques aux élections législatives n’ont pas été présentés en leurs noms personnels, mais au nom de leurs groupes politiques ; qu’en ce sens, l’article 72 de la Constitution impose que « (…) durant son mandat, le député́ ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire. En cas d’infraction à l’alinéa précédent, la sanction est la déchéance qui est prononcée par la Haute Cour Constitutionnelle » ;

Qu’en tenant compte de ce principe, qui constitue une variante du mandat impératif, il faudrait soustraire de la liste des partis et groupes de partis politiques qui a présenté le Général RAVELONARIVO Jean, les députés élus sous les noms des groupes politiques MAPAR, VPM/MMM, l’AVANA-ARD, Ny Hiaraka Isika et Maintso Hasin’ny Madagasikara, soit 80 députés ; qu’il est alors inconcevable que le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ait été présenté par un groupe de partis majoritaire composé de 118 Députés ; et qu’en conséquence, Monsieur RAVELONARIVO Jean n’a pas été présenté par le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale ;

Considérant que la procédure prévue par ces dispositions de l’article 118 alinéa 1er de la Constitution a pour objet un contrôle concret de la constitutionnalité par action qui s’exerce sur un acte normatif au moment de son application, dont la finalité est plus l’annulation plutôt que l’invalidation de l’acte normatif dont la constitutionnalité est contestée ; que le litige pendant concerne ainsi des parties qui sont en opposition et que l’exercice de cette confrontation et d’une contradiction entre parties constitue l’élément structurel du procès ; que les parties au présent litige, dans le règlement du différend, doivent pouvoir bénéficier de toutes les garanties processuelles du débat contradictoire définies par les dispositions de l’article 13 de la Constitution dans ses alinéas 5 et 6, dont celles de pouvoir exposer pleinement leurs prétentions et de faire valoir les droits de la défense ;

Qu’ainsi, en application des dispositions de l’article 32 alinéa 2 de l’ordonnance n°2001-003 du 18 novembre 2001 relative à la Haute Cour Constitutionnelle, organisant les droits de la défense dans la procédure contentieuse devant la juridiction de céans, l’Etat Malagasy, représenté par la Direction de la Législation et du Contentieux (DLC) du Secrétariat général du Gouvernement, habilitée à cet effet, a déposé un mémoire en défense auprès du greffe de la Haute Cour Constitutionnelle le 6 février 2015 ;

Considérant que dans son mémoire en défense, le Directeur de la Législation et du Contentieux, réplique que l’esprit de l’article 54, en ce qui concerne le concept du parti ou groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale, doit se focaliser sur la nécessité d’une émanation réelle de la souveraineté du peuple laquelle se matérialise , dans le cas d’espèce, par la majorité à l’Assemblée Nationale ;

Qu’en théorie, cette majorité est censée être atteinte soit, en premier lieu, par un parti politique disposant de la moitié plus un des sièges à l’Assemblée Nationale soit, si aucun parti politique n’atteint la majorité, à l’entité formée par le regroupement ou la coalition de partis dont le nombre des élus atteint ou dépasse la moitié plus un des sièges à l’Assemblée Nationale ;

Que lors de la mise en place de l’Assemblée Nationale en 2014, aucune des « entités issues des élections ne pouvaient individuellement répondre à la définition de parti ou groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale » ;

Que le « Groupe politique » mentionné à l’article 72 de la Constitution correspond au « parti politique » au sens des articles 5,6 ,7 de la Loi n° 2011-012 du 09 septembre 2011 relative aux partis politiques ;

Que selon la même DLC, ni le MAPAR, ni le VPM/MMM, ni le HIARAKA ISIKA ne répondent au statut de « parti » ou « groupe de partis » majoritaire à l’Assemblée Nationale visés par l’article 54 de la Constitution ;

Qu’elle estime par ailleurs, que le décret n°2015 -012 du 14 janvier 2015 portant nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, constitue un acte de Gouvernement devant bénéficier de l’immunité juridictionnelle ;

Que de ce qui précède, la juridiction de Céans apporte les arguments et clarifications suivants :

 

I- CONCERNANT L’ARTICLE 54 DE LA CONSTITUTION.

Considérant qu’aux termes de l’article 54 alinéa 1er de la Constitution, « le Président de la République nomme le Premier Ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale » ;

Considérant que pour pouvoir appréhender les prescriptions constitutionnelles sus évoquées, il importe d’analyser ses divers aspects ;

1- De la nature de la compétence du Président dans la procédure de nomination du Premier Ministre ;

Considérant que le pouvoir de nomination que la Constitution assigne au Président de la République pour la nomination du Premier Ministre, constitue un pouvoir propre du Président de la République qui l’exerce par le truchement d’un décret ne nécessitant pas de contreseing ;

Que toutefois, en dépit de la dispense de contreseing qui peut laisser à penser que le Président de la République dispose d’une liberté d’action, l’opération juridique complexe que constitue la procédure de nomination du Premier Ministre est encadrée par les dispositions de l’article 54 alinéa 1er de la Constitution, soumettant l’édiction de l’acte de nomination du Premier Ministre à l’exigence préalable de sa « (présentation) par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale » ; qu’ainsi, en matière de nomination du Premier Ministre, le pouvoir du Président de la République ne peut être discrétionnaire : il s’incarne dans une compétence liée, et relève, en conséquence, de la catégorie des pouvoirs propres conditionnés du Président de la République ;

 

2- Du rapport constitutionnel du Président de la République et du Premier Ministre.

Considérant qu’en l’occurrence, la nature des attributions du Président de la République doit, par ailleurs, être appréciée au regard des rapports que la Constitution de la IVème République organise entre les deux plus hautes Autorités au sein de l’Exécutif bicéphale que la Loi fondamentale établit ;

Considérant que, conformément à la lettre et à l’esprit de la Constitution, notamment en de nombreuses dispositions du Sous-titre 1er du Titre II de la Constitution, telles qu’elles sont énumérées et explicitées par la Cour de céans dans son Avis n°02-HCC/AV du 25 février 2014 portant interprétation des dispositions des chapitres premier et 2 inclus dans le sous-titre premier du Titre III de la Constitution, les relations entre les deux responsables de l’Exécutif reposent sur une situation de subordination du chef du Gouvernement par rapport au chef de l’Etat dans l’architecture institutionnelle de l’Exécutif , et la prééminence du Président de la République sur le Premier Ministre dans le partage vertical du pouvoir ;

Considérant, de manière générale et bien que le Premier Ministre soit une institution politique centrale et un rouage essentiel du pouvoir exécutif, que le champ d’action du Premier Ministre est strictement délimité par la Constitution au regard des intérêts du Président de la République ; que plus précisément, pour ce qui concerne les dispositions de l’article 54 de la Constitution, le Président de la République constitue la seule Autorité habilitée à accepter la cessation volontaire des fonctions du Premier Ministre, chef du Gouvernement ; et qu’en outre, il dispose d’un véritable droit de mettre fin aux fonctions du Premier Ministre, « en cas de faute grave ou de défaillance manifeste » , dont l’appréciation relève de la volonté souveraine du Président de la République, en tant que Chef de l’Exécutif ; qu’en conséquence, à la responsabilité de jure du Premier Ministre devant l’Assemblée Nationale s’ajoute une responsabilité de facto devant le Président de la République, une double responsabilité dans le cadre d’un régime semi-présidentiel tel que prévu par la Constitution de la IVème République ;

Considérant qu’en dernier lieu, la prééminence du Président de la République sur le Premier Ministre procède de la nature différenciée de la légitimité politique du Chef de l’Etat et du Chef du Gouvernement ;

Considérant, en effet, que le Président de la République et le Premier Ministre sont tous les deux revêtus d’une légitimité, dont les sources toutefois diffèrent ; que si la légitimité du Président de la République émane immédiatement du suffrage universel direct, celle du Premier Ministre est déléguée de la volonté des députés appartenant au parti ou au groupe de partis majoritaire au sein de l’Assemblée Nationale ;

Que l’élection du Président de la République au suffrage universel direct constitue un élément politique déterminant de subordination du Premier Ministre aux décisions du Président prises conformément à la Constitution ; que cette primauté politique demeure néanmoins conditionnée au soutien du Président par la majorité parlementaire : que cette majorité lui devienne hostile, et la neutralisation du bicéphalisme liée à la primauté présidentielle disparaît également ;

Considérant que la recherche de l’efficacité dans l’ordonnancement des rapports entre le Président de la République et le Premier Ministre, qui constitue la ratio legis du pouvoir de nomination du Premier Ministre par le Président de la République, doit reposer sur une collaboration franche, loyale et étroite entre les deux responsables de l’Exécutif qui doivent œuvrer ensemble pour pouvoir garantir le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ; que, selon l’article 65.1 de la Constitution, « le Premier Ministre, Chef du Gouvernement , conduit la politique générale de l’Etat » arrêtée en Conseil des Ministres d’après l’article 55.1 de la Loi fondamentale ;

 

3- De la nature de l’acte administratif, portant nomination du Premier Ministre.

Considérant que les dispositions de l’article 54 alinéa 1er de la Constitution, en organisant la procédure de nomination du Premier Ministre par le Président de la République dans le cadre des rapports d’ordre constitutionnel entre le Président de la République et l’Assemblée Nationale, confèrent à ladite procédure les caractères propres à la catégorie des opérations juridiques complexes ; que dans cette perspective, si en la forme, l’acte pris par le Président de la République pour la nomination du Premier Ministre constitue un acte administratif unilatéral et un acte normatif découlant des obligations constitutionnelles, sur le fond, il ne saurait être appréhendé en faisant abstraction de la chaîne de décisions qui le précède et de la qualification juridique de cette situation ;

Considérant, à cet égard, que par la volonté du constituant de soumettre l’opération juridique de nomination du Premier Ministre à des exigences inhérentes à des rapports d’ordre constitutionnel entre le Président de la République et l’Assemblée Nationale, le régime de la procédure de désignation du Premier Ministre en droit malgache échappe, en conséquence, au périmètre strict de l’acte administratif unilatéral qui est de mise dans d’autres situations nationales où il revêt le fond d’un acte de gouvernement et la forme d’un acte administratif ; que toutefois, un acte administratif insusceptible de recours devant le juge administratif ne l’est pas forcément devant le juge constitutionnel ; qu’en application des dispositions de l’article 118 alinéa 1er de la Constitution, l’opération juridique de nomination du Premier Ministre peut être soumis à un contrôle de sa conformité à la Constitution effectué par la Haute Cour Constitutionnelle ; que dès lors, la juridiction de céans doit exercer pleinement sa compétence en la matière et assurer le respect de ces dispositions constitutionnelles ;

4- De l’aspect de souveraineté de la nomination du Premier Ministre et la compétence des dirigeants de parti politique ou groupes de partis politique.

Considérant que cette même volonté du constituant d’inscrire la procédure de désignation du Premier Ministre dans les rapports constitutionnels entre le Président de la République et l’Assemblée Nationale l’insère dans la configuration et la dynamique de la dévolution et de la répartition du pouvoir au sein de l’Exécutif ; qu’ainsi, par essence même, ladite procédure participe à l’exercice de la souveraineté par les représentants de la Nation ;

Considérant qu’aux termes de l’article 5 alinéa 1er de la Constitution, il est indiqué que «la souveraineté appartient au peuple, source de tout pouvoir, qui l’exerce par ses représentants élus au suffrage universel direct ou indirect, ou par la voie du référendum. Aucune fraction du peuple, ni aucun individu ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté » ; que l’application de cette prescription constitutionnelle réservant aux seuls représentants élus au suffrage universel la qualité pour participer à tout exercice de dévolution de la souveraineté, exclut les instances compétentes des partis et groupe de partis, dépourvus de l’onction du suffrage universel, de la procédure de désignation du Premier Ministre que la Constitution a entendu rattacher à l’exercice de la souveraineté ;

Considérant, au surplus, que le constituant ainsi que le législateur ont entendu définir un statut constitutionnel et législatif des partis politiques, pour les confiner à un rôle et une vocation bien circonscrits, éloignés des prétentions exprimés par les demandeurs ;

5- Des préceptes du lieu institutionnel et de la majorité.

Considérant que dans la détermination du lieu institutionnel où doit s’apprécier l’existence du « parti ou groupe de partis majoritaire » habilité à présenter le Premier Ministre au Président de la République, comme l’indiquent les dispositions de l’article 54 alinéa 1er de la Constitution, la clarté de l’énoncé est renforcée par la conjonction de coordination « à », précédant le lieu : l’Assemblée Nationale ; que dès lors, il apparaît sans conteste que « le parti ou groupe de partis majoritaire » doit être constaté au sein même de l’Assemblée Nationale ; que conformément aux prescriptions du constituant, faisant de la procédure de désignation du Premier Ministre, une opération juridique complexe s’insérant dans les relations entre le Président de la République et l’Assemblée Nationale ; que la désignation du Premier Ministre ne saurait alors se dérouler en dehors du cadre des Institutions de la République ;

Considérant, par ailleurs, que la pratique communément admise dans le fonctionnement des régimes constitutionnels qui reconnaissent que le Premier Ministre procède du Parlement, veut que l’existence et la réalité de la majorité sur laquelle le chef du gouvernement provient, s’apprécient dans le fonctionnement même du Parlement ; que la cristallisation de cette majorité est constatée et formalisée à l’occasion d’une procédure législative particulière qui peut être l’élection du Premier ministre par les membres de la chambre législative désignée à cet effet par la Constitution, comme il est indiqué à l’article 63 de la Loi fondamentale pour la République Fédérale d’Allemagne pour la désignation du Chancelier dans cet Etat, ou par un vote d’investiture ou de confiance effectué par la chambre législative qui y est habilitée, pratique qui constitue le droit commun des régimes parlementaires ; que dans les deux cas de figure, la majorité absolue est requise pour emporter la désignation du Premier Ministre ;

Que le Premier Ministre peut être issu des rangs du « parti ou du groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale », ou ne pas l’être ; il suffit qu’il soit présenté par le « parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale » ;

Que dès lors, en matière parlementaire, l’adjectif qualificatif « majoritaire » s’il ne fait l’objet d’une qualification expresse, se conçoit, tout d’abord, dans le sens de la majorité absolue, c’est-à-dire de « la moitié plus un », ou pour être arithmétiquement précis, par le premier nombre entier supérieur à la moitié des acteurs concernés dans un processus décisionnel, comme il est communément admis dans le fonctionnement de tout Parlement et, à défaut, dans le sens de la majorité relative, soit celui du plus grand nombre, sans pour autant que ce dernier ne constitue « la moitié plus un » ;

Considérant qu’à la suite des élections législatives du 20 décembre 2013, aucun parti ne peut se prévaloir disposer de la majorité absolue à l’Assemblée Nationale ; qu’en conséquence, celle-ci ne peut s’apprécier que par le truchement de groupe de partis ou de coalition de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale ; que la logique de l’inspiration parlementaire du régime de la Constitution de la IVème République, quelle que soit la portée réelle du parlementarisme dans son fonctionnement, est avant tout l’idée que le gouvernement repose sur le soutien de l’Assemblée Nationale, c’es-à-dire le soutien de la majorité parlementaire ; qu’il s’agit là, en réalité, de la conséquence logique d’un des fondements de la démocratie représentative énoncée par les dispositions de l’article 5 alinéa 1er de la Constitution ;

Considérant que la majorité parlementaire qui présente la double vertu cardinale de stabiliser le fonctionnement du régime politique et de simplifier le jeu de ses Institutions, ne doit pas s’apprécier de manière théorique ; que son effectivité doit être vérifiée de façon concrète pour avoir la certitude de sa réalité ; que dans cette perspective, et conformément à la lettre et à l’esprit des dispositions de l’article 5 alinéa 1er de la Constitution ainsi que des principes de la démocratie représentative, sur lesquels se fondent la Constitution du 11 décembre 2010, une importance particulière doit être accordée à la réalité de la majorité parlementaire qu’à la désignation du groupe de partis ou de la coalition de partis qui en sont le vecteur essentiel, et le mode d’expression de ladite majorité ;

Considérant qu’une première présentation du Premier Ministre a été transmise par un groupe de partis au Président de la République, le 13 janvier 2015, recevant l’aval de 120 députés sur les 151 composant l’Assemblée Nationale, en vertu du procès-verbal de présentation en date du 9 janvier 2015 ; que par la présente demande, 48 députés ont entendu contester la conformité à la Constitution du décret n°2015-021 du 14 janvier 2015 portant nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, et revendiquant, à leur bénéfice, le fait de constituer la coalition de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale ; que la consistance de cette majorité revendiquée demeure, néanmoins, virtuelle en l’absence de sa formalisation expresse ;

Considérant, d’autre part, qu’une certaine confusion pèse sur l’engagement des 120 députés qui ont apporté leur soutien à la première présentation, car 17 d’entre eux, dix jours plus tard, se sont joints à la présente demande ; que même si on retranche ceux-ci du contingent initial, les 103 députés restants constituent une majorité absolue à l’Assemblée Nationale ;

Considérant qu’il est cependant à reconnaître que cette majorité est constituée par un nombre important de députés indépendants, élus sans être apparentés à une formation politique au moment des élections comme le leur autorisent les dispositions de l’article 25 de la Loi organique no2012-016 du 1er août 2012 relative aux premières élections législatives de la Quatrième République; que cette situation ne peut pour autant les condamner à ne pouvoir rejoindre une majorité au sein de l’Assemblée Nationale, car ils sont des députés à part entière et donc sont des représentants légitimes de la Nation ; que les dispositions de l’article 72 alinéa 3 leur reconnaissent, d’ailleurs, le droit, au sein de la vie parlementaire, d’adhérer à un groupe parlementaire, l’incarnation à l’intérieur de l’Assemblée Nationale des partis et groupes de partis, ceux-ci s’effaçant formellement pour céder la place aux groupes parlementaires ;

Qu’ainsi, le concept du parti ou groupe de partis majoritaire doit être apprécié dans le sens de la majorité parlementaire à l’Assemblée Nationale soutenant le Premier Ministre pour asseoir une stabilité politique ;

Que le groupe des 120 députés ayant présenté le Premier Ministre répond à ce critère de stabilité politique conformément à la lettre et à l’esprit de la Constitution ;

Que de tout ce qui précède, la procédure de nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, conformément aux dispositions de l’alinéa 1er de l’article 54 de la Constitution doit être appréhendée dans une analyse globale des prescriptions de la lettre et de l’esprit de la Constitution tels : la nature de la compétence du Président, le rapport constitutionnel entre les deux chefs de l’Exécutif, la nature de l’acte administratif de nomination, le concept de souveraineté dans l’exercice de nomination, le précepte de majorité parlementaire dans un mandat représentatif ;

Que le Président de la République nomme le Premier Ministre présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale qu’il estime à même de mettre en œuvre la politique générale de l’Etat arrêté en Conseil des Ministres ;

II- CONCERNANT L’ARTICLE 72 DE LA CONSTITUTION ET L’ORDONNANCE N°2014-001 DU 18 AVRIL 2014 FIXANT L’ORGANISATION ET LE FONCTIONNEMENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE.

Considérant que les demandeurs invoquent une lecture combinée des articles 54 et 72 de la Constitution avec l’article 27 de l’ordonnance n°2014-001 du 18 avril 2014 fixant l’organisation et le fonctionnement de l’Assemblée Nationale, aux fins « de soustraire de la liste des partis et groupes de partis politiques qui a présenté le Général Ravelonarivo Jean, les députés élus sous les noms des groupes politiques MAPAR, VPM/MMM, l’AVANA-ARD, Ny Hiaraka Isika et Maintso Hasin’ny Madagasikara, soit 80 députés. Il est donc inconcevable que le Premier Ministre ait été présenté par un groupe de partis majoritaire composé de 118 députés, qu’en conséquence, Monsieur Ravelonarivo Jean n’a pas été présenté par le groupe de parti majoritaire à l’Assemblée Nationale » ;

Considérant que l’article 72 de la Constitution, afin de circonscrire toute tentative de « nomadisme politique » au sein de l’Assemblée Nationale, organise une obligation d’allégeance des députés à leur parti d’appartenance et met en place un dispositif de régulation des partis politiques dans le fonctionnement de l’Assemblée Nationale en sanctionnant de déchéance le député qui, durant son mandat, « (change) de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire », de même que celui qui « (…)dévie de la ligne de conduite de son groupe parlementaire » ;

Considérant, cependant, que ce dispositif n’est pas d’application immédiate et encore moins automatique ni spontanée ; que l’article 72 in fine prévoit une procédure autonome, avec ses caractères propres pour l’accomplissement de ses fonctions ; que ladite procédure, développée par les dispositions de l’article 29 de l’arrêté n°67-AN/P du 3 mai 2014 portant Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, a prévu que « la saisine de la Haute Cour Constitutionnelle aux fins de déchéance ne sera effectuée qu’après deux rappels à l’ordre adressés à l’endroit du député désobéissant par le président de son groupe (parlementaire) ou parti d’appartenance » ; que les effets qui procèdent de cette procédure ne peuvent, dès lors, être invoqués à bon droit, qu’à l’épuisement de sa mise en œuvre ;

Considérant que le député, mandataire de l’autorisation à exercer le pouvoir œuvre dans l’intérêt de la Nation et la représente entièrement et non les individus qui l’ont élu et encore moins le parti ou groupe de partis qui l’a présenté aux élections, d’où le port du titre officiel de député de Madagascar ; que d’autre part, le député-représentant est, en droit, libre dans l’exercice de son mandat, comme l’indiquent les dispositions de l’article 71 in fine, « le député exerce son mandat suivant sa conscience et dans le respect des règles d’éthique déterminées dans les formes fixées à l’article 79 » ; qu’ il a entière liberté d’opinion, de parole et même de vote, selon les dispositions de l’article 73 alinéa 1er de la Constitution ;

Considérant que l’évocation de la sanction de l’article 72 par les demandeurs étant effectuée en dehors de ladite procédure, est inopérante ;

Considérant ainsi que les griefs portés par les demandeurs à l’endroit du décret n°2015-021 du 14 janvier 2015 portant nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, soumis à l’examen de la Haute Cour Constitutionnelle pour contester la conformité de ses dispositions à la Constitution, ne sont pas fondés ;

Considérant que le contrôle de constitutionnalité a pour conséquence de garantir le fonctionnement normal des Institutions politiques et le respect des libertés fondamentales ;

En conséquence,

Décide :

Article premier.- Le décret n°2015-021 du 14 janvier 2015 portant nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est déclaré conforme à la Constitution.

Article 2.- La présente décision sera notifiée aux demandeurs, au Président de la République, au Premier Ministre, Chef du Gouvernement et publiée au journal officiel de la République.

Ainsi délibéré en audience privée tenue à Antananarivo, le mercredi onze février l’an deux mille quinze à neuf heures, la Haute Cour Constitutionnelle étant composée de :

Mr RAKOTOARISOA Jean-Eric, Président ;

Mme ANDRIANARISOA RAVELOARISOA Fara Alice, Haut Conseiller – Doyen ;

Mme RASAMIMANANA RASOAZANAMANGA Rahelitine, Haut Conseiller ;

Mme RAHARISON RANOROARIFIDY Yvonne Lala Herisoa, Haut Conseiller ;

Mr TSABOTO Jacques Adolphe, Haut Conseiller ;

Mr RABEHAJA-FILS Edmond, Haut Conseiller ;

Mme RAMIANDRASOA Véronique Jocelyne Danielle, Haut Conseiller ;

Mr DAMA Andrianarisedo Retaf Arsène, Haut Conseiller ;

Mr ZAFIMIHARY Marcellin, Haut Conseiller ;

et assistée de Maître RALISON Samuel Andriamorasoa, Greffier en chef.

 


Partager l'article:

Lakroa en direct
  • 14 Sep. 2018 - 08:38-

    Poulet de chair à Madagasikara. Pour Olivier Fanchette, de Innodis Poultry, il y a encore de la marge pour produire du poulet de chair à Madagasikara. “C’est pour cette raison que nous participons à la Foire Internationale d’Agriculture”. Innodis Poultry est l’un des plus grands producteurs de poulet de l’île Maurice. Selon Fanchette, cette société exporte vers Madagasikara du poulet de chair avec garantie sanitaire sans antibiotiques. De son côté Iqbal Mohungoo, de la société Meaders Feeds, assure l’alimentation des poulets de chair, une alimentation répondant aux besoins d’une clientèle autant présente sur le marché local que régional dont Madagasikara.

  • 13 Sep. 2018 - 07:45-

    Colloque sur l’énergie. Lors d’une rencontre avec la présse Andry Ramaroson a fait savoir que le Groupement Des Professionnels de l’Energie à Madagascar GDPEM organise un colloque en entrée libre qui se tiendra au 3A Andrefanambohijanahary durant 2 jours ou 4 demi-journées avec comme thème “Energie, 1er levier de la croissance économique de Madagascar”. La première demi-journée (matin du 14 septembre) une conférence-débat sur l’économie d’énergie et l’après-midi sur le génie électrique. La troisième demi-journée (matin du 15 septembre) une conférence-débat sur le thème 1er levier économique de Madagascar. Et l’après-midi sera consacré à la restitution des travaux.

  • 10 Sep. 2018 - 07:28-

    Affaires courantes du Président. Pour la HCC, rentrent dans la catégorie juridique des attributions présidentielles courantes, les affaires constituant la poursuite normale d’une procédure régulièrement engagée avant la démission du Président de la République, toute affaire dont l’importance dépasse celle des affaires de gestion journalière si la procédure qui a donné lieu à l’acte règlementaire concerné a été engagée bien avant la période critique et a ensuite été réglée sans précipitation et si les questions politiques, qui ont pu se poser sur le plan administratif, ont été résolues avant cette période critique.

  • 10 Sep. 2018 - 07:28-

    Non affaires courantes du Président. Pour la HCC, ne rentrent pas dans les compétences attribuées au Chef de l’Etat ad intérim celles qui procèdent des articles 45 alinéa 3, 54 ; 55 -2°, 4° sauf en cas de faute grave ou de crime ou délit commis par le haut fonctionnaire, 5°, 6°, 7°, 8° ; 56 ; 57 alinéa premier ; 58 ; 59 alinéa 2 ; 60 ; 61 ; 103 ; 104 ; 107 ; 137 ; 162 ; 163. Il est habilité à exercer toutes les autres attributions confiées au Président de la République par la Constitution.

  • 01 Sep. 2018 - 09:48-

    Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création 2018. Instituée en 2015 par le Pape François, quelques mois après la publication de son encyclique « Laudato si’, sur la sauvegarde de la maison commune », cette journée a lieu chaque 1er septembre, en communion de prière avec les Eglises orthodoxes, « pour offrir « à chacun des croyants et aux communautés la précieuse opportunité de renouveler leur adhésion personnelle à leur vocation de gardiens de la création, en rendant grâce à Dieu pour l’œuvre merveilleuse qu’Il a confiée à nos soins. » (Pape François, Lettre du Pape François pour l’institution de la « Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création », 6 août 2015).

  • 01 Sep. 2018 - 07:56-

    Liste des personnes exerçant des hautes fonctions et hauts emplois civils et militaires de l’Etat, candidates aux élections, assujetties à l’obligation de démission prévue à l’article 6 alinéa 5 de la Loi organique relative au régime général des élections et des référendums. I – Les personnes nommées aux hautes fonctions et hauts emplois civils de l’Etat :   – Grand Chancelier de l’Ordre National malagasy ; – Ambassadeurs ou chefs titulaires de missions diplomatiques avant rang d’Ambassadeurs ; – Gouverneur de la Banque Centrale ; – Secrétaires généraux, Directeurs généraux et Directeurs de ministères ; – Présidents d’Universités ; – Représentants de l’Etat au niveau des collectivités territoriales décentralisées ; – Directeurs généraux, membres des organes d’administration ou de gestion des organismes rattachés aux Institutions et aux départements ministériels.

  • 01 Sep. 2018 - 07:55-

    Liste des personnes exerçant des hautes fonctions et hauts emplois civils et militaires de l’Etat, candidates aux élections, assujetties à l’obligation de démission prévue à l’article 6 alinéa 5 de la Loi organique relative au régime général des élections et des référendums. II – Les personnes dont la nomination aux hautes fonctions et hauts emplois militaires est faite par décret en Conseil des Ministres : – Officiers Généraux ; – Inspecteur général de l’Armée Malagasy; – Inspecteur général de la Gendarmerie Nationale ; – Chef de l’Etat-Major général de l’Armée Malagasy ; – Commandant de la Gendarmerie Nationale ; – Adjoints au chef de l’Etat-Major général de l’Armée Malagasy; – Adjoints au Commandant de la Gendarmerie Nationale ; – Commandant des Forces Aériennes ; – Commandant des Forces Navales ; – Commandant des Forces d’Intervention – Commandant des Forces de développement ; – Chef d’Etat-major du commandement de la Gendarmerie Nationale ; – Commandants des régions militaires; – Commandants des Circonscriptions inter-régionales de la Gendarmerie Nationale ; – Tous autres fonctions et hauts emplois militaires dont la nomination est faite par décret en Conseil des Ministres.

  • 24 Aug. 2018 - 00:29-

    Le couple présidentiel a reçu, ce matin du 22 Août 2018, l’Archevêque de Toulouse, Mgr Le Gall Robert au Palais d’Iavoloha, dont c’est la seconde visite à Madagascar. Les discussions ont porté sur les actions humanitaires de la diaconie catholique de France àa Madagascar « Nous avons été très heureux de cette rencontre qui honore notre mouvement sur la diaconiede la beauté, et comment la beauté sous toutes ses formes pourrait conduire à Dieu » a déclaré Mgr Le Gall, qui a notamment le diocèse de Lourdes sous sa responsabilité. La place et le rôle de la Grande Île au niveau de la Région Océan Indien et sur le plan international ont été aussi évoqués lors de la rencontre

  • 23 Aug. 2018 - 20:33-

    Ankolagny 6. Prospérer organisé pour la sixième fois sa foire économique Ankolagny. Elle se déroule du 24 au 26 août et elle est hébergée par la commune de Befandriana nord. Les organisationsateurs tablent sur la venue de plus de 2000 visiteurs pour visiter la centaine de stands révus avec comme produit phare les blacks eyes, la vannille et l'oignon.

  • 17 Aug. 2018 - 07:22-

    Kandida faha-13. Mamy Richard Radilophe no kandida faha-13 nanatitra ny antontan-taratasy firotsahana handray anjara amin’ny fifidianana izay ho Filohan’ny Repoblika. Tonga nanatitra ny ny faha-16 aogositra teo izy. Izy dia mpisolovava niaro ireo olona nenjehin'ny fitondrana HVM, toa an'i Fernand Cello, ny tao Soamahamanina, efa mpisolovava an'i Jean Louis Robinson ihany koa tamin'ny fifidianana filoham-pirenena ny taona 2013. Ny antoko Roso ho an’ny Demokrasia Sosialy (Renouveau pour la Démocratie Sociale) izay misy an’i Fetison Rakoto Andrianirina no nanolotra azy.

  • 16 Aug. 2018 - 08:46-

    JOB no kandida- faha 11. Jean Omer Beriziky na JOB, Praiminisitra, Lehiben'ny Governemanta teo aloha no kandidà faha 11 amin'ny laharan'ny fanaterana ny taratasy filatsahana ho fidiana Filohan'ny Repoblika ho tontosaina ny fihodinana voalohany ny 7 novambra 2018. Ny 15 aogositra tamin'ny 2 ora sy sasany tolak'andro izy no nanatitra izany taratasy izany teny amin'ny Fitsarana Avo momban'ny Lalàmpanorenana, Ambohidahy. Tonga teny ny tenany niaraka tamin’i Jean Félicien izay "mandataire". Ny Antoko politika "Antsika Madagasikara" no nanolotra azy.

  • 16 Aug. 2018 - 08:46-

    Kandidà faha-12 nametraka dosie. Richard Razafy Rakotofiringa no kandidà faha-12 nametraka ny dosien-ny teny amin’ny FAL, Fitsarana Avo momba ny Lalampanorenana na HCC. Izy dia miaramila teo aloha sady mpampianatra. Razafimalala Harimanana Tiana izay "mandataire" no nametraka ny antontaratasy ny 15 aogositra teo. Ny Antoko politika "Solidarité des jeunes intellectuels pour l'avenir de Madagascar" (SJIM) no manolotra azy amin’izao fifidianana filohan’ny Repoblika izao.

  • 14 Aug. 2018 - 13:29-

    CEPE 2018. Le nombre de candidats inscrits à l’examen du CEPE qui aura lieu ce mardi 14 aout 2018 est de 551.655. Ils seront répartis dans 13.638 salles des 1.833 centres d’examen de tout Madagascar. Parmi ces candidats inscrits, 17 malvoyants et 19 sourds-muets vont participer aux épreuves du CEPE dans les cinq provinces de Madagascar, à l’exception de Mahajanga. Pour la DREN SAVA on compte 39 315 candidats qui se répartissent dans 86 centres d’examen. Il est à rappeler que les sujets diffèrent suivant la région et le diplôme a une valeur nationale.

  • 14 Aug. 2018 - 06:59-

    CEPE sy Laharana maitso 020 30 807 86. Manomboka ny talata 14 Aogositra dia ho apetraka eto anivon’ny Minisiteran’ny Fanabeazam-Pirenena ny « cellule » iray iraisan’ireo sampandraharaha mikirakira ny fanadinana izay hanangona ny vaovao rehetra manodidina ny fizotry ny fanadinana CEPE. Azonareo antsoina amin’ny laharana maitso 020 30 807 86.


  • 11 Aug. 2018 - 10:19-

    3 nouveaux candidats. Ce 10 août, trois candidats ont déposé leur dossier de candidature à l'élection présidentielle auprès de la Haute Cour Constitutionnelle à savoir : Dr Jules Etienne présenté par le parti MAFI (Madagasikara Fivoarana),  Zafimahaleo Rasolondraosolo, dit Dama Mahaleo, candidat du parti Manajary Vahoaka; et Paul Andrianiaina Rabary, candidat du parti MIASA. Ainsi, depuis l’ouverture de la période de dépôt des dossiers 7 candidats en tout ont déposé leur dossier (Andry Rajoelina, Jean Ravelonarivo, Mailhol Dieu Donné, Fanirisoa Erinaivo).

  • 04 Aug. 2018 - 08:57-

    Candidature du général Jean Ravelonarivo. Zaza Ramandimbiarison et Ambroise Tata ont procédé dans la matinée de ce 3 aout, au dépôt des dossiers de candidature à l'élection présidentielle du général Jean Ravelonarivo, ancien Premier ministre auprès de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC). Il est le deuxième candidat à avoir déposé son dossier. Jean Ravelonarivo a été présenté par le parti politique Antokom-Bahoaka Malagasy ou ABA.  Pour mémoire ce parti politique a fait connaître son existence au cours du mois d’avril de cette année 2018.

  • 04 Aug. 2018 - 07:57-

    Andry Rajoelina premier candidat à déposer son dossier. L’ancien président de la Transition, s'est fait représenter par Andry Herizo Rakotozafy, éphémère directeur de cabinet du Premier ministre Ntsay Christian, dans l'après-midi de ce 1er aout, auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC) à Ambohidahy, pour déposer son dossier de candidature à l'élection présidentielle. Cela s’est passé au moment même où le candidat Rajoelina faisait son show au Palais des sports de Mahamasina pour présenter son IEM ou Initiative Emergence de Madagascar.

  • 27 Jul. 2018 - 13:45-

    Niala tsy ho filohan’ny antoko HVM izy. Nametra-pialana tsy ho Filoha Nasionalin'ny antoko HVM i Rivo Rakotovao. « Tsy miala HVM ny tenako fa miala tsy ho Filoha Nasionaly fotsiny ihany ho fanajana ny lalàna » hoy izy. Nambarany ihany koa fa tsy manangam-pahavalo ary tsy manam-pahavalo ny HVM fa safidin’ireo izay niala noho ny tsy fitovian-kevitra politika sy tsy fitovian-kevitra eo amin'ny fitantanana ny Firenena ny zava-mitranga. Nanamafy ny fangatahany sy fanolorany ny Filoha Rajaonarimampianina hirotsaka ho fidiana indray ny antoko HVM. Soritana fa ny Lalampanorenana dia milaza fa tsy mahazo mandray anjara amin’ny fiainana antoko politika ny filoham-pirenena (adininy faha-49).

  • 23 Jul. 2018 - 08:57-

    Antonio Benedito Sanchez s’en va. L’ambassadeur de la délégation de l’Union européenne pour Madagascar et l’Union des Comores, Antonio Benedito Sanchez quittera Madagascar satisfait du travail qu’il a accompli durant son mandat. Il a confié qu’il prendra la direction du Mozambique tandis que son successeur, l’Italien Giovani Di Girolamo arrivera dans la Grande île vers le début du mois de septembre. Il sera remplacé par L’Italien Giovani Di Girolamo.En attendant la prise de fonction du nouvel Ambassadeur, le Ministre Conseiller Lothar Jaschke assurera son intérim.

  • 30 Jun. 2018 - 08:40-

    Remplacement à l’Assemblée Nationale. « Le Député dont siège devient vacant est remplacé par le suppléant élu en même temps que lui, sauf en cas d’annulation de l’élection, jusqu’au renouvellement de l’Assemblée nationale ». .Que suivant le certificat de décès n°65969 versé au dossier, sieur ABDILLAH est décédé le 21 février 2018 à l’hôpital Apollo de New Delhi. La vacance d’un siège de Député à l’Assemblée nationale est constatée, à la suite du décès de sieur ABDILLAH. Est proclamé Député à l’Assemblée nationale, le candidat EDIZARD, premier suppléant de la liste VPM-MMM de Vohémar. (Arrêt de la HCC du 28 juin 2018).

Du même auteur

monde
politique

Dans la même rubrique

chronique
chronique
Publicité