logo
Lakroan'i Madagasikara
Le lundi au soleil...

Ces dix leçons inattendues d'un économiste du bonheur

admin il y a 2 années

Le lundi au soleil, les orteils en éventail... C'est un des signes que le bonheur est là. Ce bonheur qui classe Madagasikara vers la fin du classement des 45 pays d'Afrique sondés par les économistes du bonheur de l'ONU. Que faire?

A la frontière entre les sphères de la psychologie et de l’économie, de plus en plus de chercheurs s’intéressent à une question cruciale : comment s’extraire de la déprime ambiante et recouvrer le moral ? Tout le monde ne peut pas compter sur une manif de 3,7 millions de personnes pour regoûter au bonheur du "vivre-ensemble"… Voici pourtant quelques plaisirs simples de la vie qui rendent plus heureux sur le long terme. Ils sont issus du livre Heureux comme Crésus ? Leçons inattendues d’économie du bonheur (éditions Eyrolles, 2014), de Mickaël Mangot, enseignant à l’Essec, consultant en économie comportementale et en économie du bonheur.

1. Ne pas trop envier les riches

"En général, les individus exagèrent l’impact de l’argent sur le bonheur. Lara Aknin, Michael Norton et Elizabeth Dunn, chercheurs à l’université de Colombie-Britannique (Vancouver) et à Harvard, ont envoyé des questionnaires à plusieurs centaines d’Américains. Il en est ressorti une tendance très nette : les gens surestiment la force de cette relation. D’un côté, ils sous-estiment en moyenne le bonheur des ménages à tous les niveaux de revenus, hormis pour les ménages très riches. Le bien-être émotionnel individuel, soit la probabilité de ressentir des émotions positives ou celle de ne pas ressentir des émotions négatives, augmente avec le revenu du ménage jusqu’à un plafond de 75.000 dollars par an. Ensuite, l’augmentation du revenu n’a plus d’impact significatif."

2. Ne pas laisser son beau-frère parler de son bonus

"La comparaison sociale paraît être la norme lorsqu’il s’agit d’évaluer ses revenus. Nombreuses sont les études qui montrent qu’à revenus identiques le bonheur est d’autant plus faible que les revenus des autres sont plus élevés. Les personnes qui se comparent surtout à leurs collègues sont plus heureuses que celles qui se comparent d’abord à leurs amis. Sans doute parce que les salaires des collègues contiennent en eux davantage d’informations (et d’espoir) sur les perspectives de salaire futures que les salaires d’amis éparpillés dans différentes entreprises de différents secteurs. Un petit conseil : à la période des bonus, si vous craignez que votre beau-frère banquier ait été particulièrement bien doté, ne l’invitez pas à dîner…"

3. Lire un livre plutôt que regarder la télévision

“La télévision n’est pas un loisir comme les autres. Alors que la pratique de loisirs dope généralement le bonheur, la télévision, elle, a tendance à le diminuer chez ceux qui la regardent. (...) La consommation de télévision modifie la perception qu’ont les téléspectateurs des niveaux de vie à l’intérieur de la société, en élevant les points de référence auxquels ils se comparent. Les téléspectateurs sont submergés d’images de gens plus riches qu’eux, images qui ne correspondent pas à la réalité. (…) La conséquence est que les personnes qui regardent beaucoup la télévision ont une perception erronée du revenu moyen, de leur propre place dans la distribution des revenus et des niveaux de vie, ce qui a tendance à heurter leur satisfaction.”

4. Préférer le plaisir au confort

"Vous rêvez de cette nouvelle voiture plus grande, plus spacieuse, plus luxueuse. Vous imaginez à quel point vous seriez heureux de la conduire. Pour autant, devez-vous changer de voiture ? C’est loin d’être sûr. Plusieurs études ont obtenu que l’effet sur le bonheur de l’achat de biens matériels, même durables, était très éphémère. Observez le ratio entre les dépenses mensuelles pour les "biens de confort" et les dépenses pour les "biens de plaisir". Si les premières dépassent systématiquement les secondes, demandez-vous pourquoi vous privilégiez à ce point le confort."

5. Rechercher les expériences

"Pour le bonheur, il existe une catégorie de biens à part, les biens dits "expérientiels". Ce sont des biens qui ont le potentiel de procurer des expériences fortes à ceux qui les possèdent (ou, mieux dit, qui les vivent) via leurs caractéristiques intangibles : les émotions qu’ils génèrent, les rêves qu’ils évoquent, les symboles qu’ils représentent, les souvenirs qu’ils font remonter… Dans cette catégorie, on peut donc ranger les voyages, les concerts, les représentations de théâtre, les repas au restaurant (pour les gastronomes)… Les biens expérientiels favorisent davantage les relations sociales que les biens matériels, pendant leur consommation et également ensuite, lorsqu’on en parle avec d’autres personnes."

6. Réserver un voyage longtemps à l’avance

"Repousser les plaisirs offre l’avantage d’augmenter ce que les économistes appellent "l’utilité de l’anticipation". Une récompense agréable procure du plaisir lorsqu’on la reçoit (ou la mange), mais également avant, lorsqu’on la savoure par anticipation, et aussi après, lorsqu’on se la remémore (l’utilité du souvenir). Et il paraît vraisemblable que, pour certaines activités (par exemple, les voyages), cette utilité décalée puisse dépasser en amplitude totale l’utilité de l’expérience instantanée. C’est d’autant plus vraisemblable que l’on a tendance à anticiper les événements agréables à venir sous une forme idéalisée et, de la même manière, à se les remémorer sous un jour meilleur."

7. Faire des dons

"L’impact positif de la générosité dépasse le seul cercle des proches. L’altruisme généralisé (à différencier de l’altruisme de proximité) est également un levier efficace pour augmenter le bonheur. Le don aux organisations caritatives a été associé aux mêmes effets positifs sur la santé psychique que les cadeaux. Faire des dons réguliers à des associations caritatives peut même paradoxalement donner la sensation de… s’enrichir ! Pour l’impression de richesse, les dollars donnés pèsent plus que les dollars gagnés. Donner 500 dollars à une association augmente l’impression de richesse autant qu’en gagner 1.600 ou 10.000 par an en revenus supplémentaires."

8. Se remettre vite en selle

"Si le chômage est si préjudiciable au bien-être psychique, bien au-delà de la seule perte de revenus qu’il occasionne, faut-il s’évertuer à le réduire à tout prix, par exemple en autorisant les emplois très mal payés ? Très politique, la question est aussi très controversée. L’exemple allemand fournit toutefois une expérience grandeur nature qui offre des enseignements précieux au-delà des partis pris idéologiques. Les conséquences de ces réformes du marché du travail ont fait l’objet d’analyses scrupuleuses par de nombreux chercheurs en Allemagne. Et la conclusion est sans appel : pour tous les types d’emplois considérés, l’emploi précaire est associé à une satisfaction de la vie supérieure à celle que génère le chômage."

9. Se mettre à son compte

"Pris globalement, le groupe des entrepreneurs (avec ou sans employés) semble cumuler les tares. En moyenne, ils gagnent moins que leurs semblables salariés alors qu’ils font plus d’heures par semaine. Enfin, ils ont investi une proportion significative de leur patrimoine dans leur entreprise, ce qui impose un risque sur leur épargne que ne prennent pas les salariés. Pourtant, les travailleurs indépendants et les entrepreneurs ne se plaignent pas de leur sort. Au contraire ! Dans les nombreuses études sur la satisfaction au travail, il ressort qu’ils se disent plus souvent satisfaits de leur travail que ne le font les salariés."

10. Bien réfléchir avant d’émigrer

"Les études académiques montrent de manière unanime que les immigrés sont moins heureux que les autochtones du pays d’accueil, après contrôle par les différentes caractéristiques observables, et ce quel que soit le pays qui est étudié. Le déficit de bonheur des immigrés se transmet à leurs enfants, si bien que l’écart ne se réduit pas chez les immigrés de deuxième génération. L’écart ne diminue pas davantage quand les immigrés grimpent l’échelle sociale. Pis, il a été observé en Allemagne que c’est au sein des plus hauts revenus que le déficit de bonheur des immigrés est maximal. Différentes raisons à ce mal-être des immigrés ont été avancées et validées par les sociologues : à niveau de vie identique, les immigrés sont victimes de discriminations, ont des relations sociales moins nombreuses et moins satisfaisantes que les autochtones."

Source : Heureux comme Crésus ? Leçons inattendues d’économie du bonheur, Mickaël Mangot, éditions Eyrolles, 264 pages, 16 euros.

 

Recueillis sur : http://www.challenges.fr/economie/20150130.CHA2663/ces-dix-lecons-inattendues-d-un-economiste-du-bonheur.html

 


Partager l'article:

Lakroa en direct
  • 24 Mar. 2017 - 07:11-

    Flash appeal pour 20 millions de dollars. La cérémonie de lancement du "flash appeal" a été effectuée ce jeudi 23 mars 2017. Une demande d'aide d'une valeur de 20.067.549 dollars américain a été lancée conjointement  par le Gouvernement Malgache, le Système des Nations Unies (SNU) à Madagascar et l’ensemble de l’Equipe Humanitaire du Pays à la Primature pour faire face aux conséquences dévastatrices du cyclone Enawo sur les familles vulnérables du Nord-Est et de l'Est de Madagascar et mener les actions humanitaires et de relèvement y afférentes.

  • 24 Mar. 2017 - 07:05-

    Absence de résultats du pouvoir. Maharavo Ratolojanahary, porte-parole du mouvement DFP Dinika ho Fanavotam-Pirenena, déclare que le pouvoir actuel se caractérise par l’absence notoire de résultats probants dans l’obtention de financement pour réaliser les promesses été les différents programmes érigés depuis l’arrivée du Président Rajaonarimampianina à la tête de l’Etat en 2014. Il n’a eu que des promesses de la part des différents bailleurs (CBI ou Conférence des bailleurs institutionnels, FEC, 11ème Fed…). La dernière mission effectuée par le FMI ces derniers jours ne fait que confirmer cela. Les bailleurs ne font pas confiance à ce pouvoir.

  • 23 Mar. 2017 - 17:08-

    Oliva Randimbiarisoa élu président de l'Asoimi. Le candidat Oliva Randimbiarisoa a été élu lors de la deuxième version de l'élection du président de l'ASOIMI (Association Omnisport Interministériel  et Institution) effectuée ce 21 mars. Il a été élu avec 330 voix soit 97,5% des votants. Il faut rappeler que le candidat Abel Randriamanarivo a retiré sa candidature lors de cette élection. Pour mémoire, ce candidat a été déclaré élu lors de l'élection effectuée le 22 février  dernier. Cette première élection a été considérée comme nulle par le MJS, Ministère de la Jeunesse et des Sports ministère de tutelle.

  • 23 Mar. 2017 - 17:08-

    Défaillance du Ministre de l'Intérieur. Maharavo Ratolojanahary, porte-parole du mouvement DFP Dinika ho Fanavotam-Pirenena, a fait savoir que les nombreuses manifestations de la foule aboutissant à des actions violentes classées comme justice populaire démontre l'incompétence de l'Etat. Il appartient à l'Etat et en particulier au Ministre de l'Intérieur d'assurer l'activité de police administrative par l’intermédiaire des chefs de district. Toute action venant d'autre ministère est de ce fait manifestement illégale notamment celle entreprise par le Ministre de la Sécurité publique envoyant des policiers à Antsakabary.

  • 21 Mar. 2017 - 13:29-

    Cnaps Sport et la coupe. Après son match nul à domicile, la Cnaps Sport est éliminée de la ligue des champions. Elle a été reversée dans la compétition de la Coupe de la Confédération. Il ressort après le tirage au sort des 1/16ème de finale que la Cnaps Sport affrontera la Recreativo do Libolo de l'Angola pour  une place en phase de groupe. Le match aller se déroulera à Madagasikara entre le 7 et le 9  avril et le match retour se tiendra en Angola entre le 14 et le 16 avril.

  • 21 Mar. 2017 - 08:09-

    Don pour la Hcc. Omer Kalameu, Conseiller aux Droits de l’Homme des Nations Unies auprès du bureau de la Coordinatrice Résidente des Nations Unies/Equipe pays de Madagascar a remis à la Haute Cour Constitutionnelle (Hcc) un lot d’ouvrages et de brochures relatifs aux droits de l’homme ce 17 mars. Ce don entre dans le cadre de l’appui du système des Nations Unies à la branche judiciaire malagasy. Au cours de cette cérémonie, le Conseiller aux Droits de l’Homme a fait part au Président de la Hcc, Jean-Eric Rakotoarisoa, de la satisfaction de l’organisme qu’il représente quant à la démarche de la Cour qui fait souvent référence dans ses décisions aux Conventions internationales relatives aux droits de l’homme.

  • 20 Mar. 2017 - 12:51-

    La CUA se rebiffe. Les responsables au niveau de la Commune urbaine d’Antananarivo ont réuni les chefs fokontany de la Capitale. A l’ordre du jour de cette rencontre une explication sur l’absence du logo de la Commune dans les papiers administratifs délivrés par les fkontany et l'enlèvement du drapeau de la Commune dans les locaux des fokontany. Julien Randriamorasata, deuxième adjoint de la Commune, a été claire dans sa conclusion. Le logo de la CUA doit être visible sur tous les papiers administratifs relevant de la responsabilité de la Commune (certificat de résidence…).

  • 19 Mar. 2017 - 06:57- Cnaps out de la LDC. Lors du match retour en 16ème de finale en ligue des champions (LDC). La Cnaps Sport n'a pu faire que match nul. Cnaps Sport et Coton Sport se sont séparés sur le score de 1 but partout. Le match s'est déroulé à domicile sur le stade du club malagasy. Cnaps a joué conte-nature en balançant des longs raids en avant. La présence massive des spectateurs n 'a pas suffi à surmotiver les joueurs.
    Malgré cette élimination l’équipe de la CNaPS poursuit son parcours africain. L’équipe est reversée aux 1/16ème de finale de la Coupe de la Confédération.
  • 18 Mar. 2017 - 08:49-

    FMI à Mahazoarivo. Plusieurs points ont été soulevés durant l’entrevue effectuée ce 17 mars.

    • la situation actuelle de la JIRAMA étant donné que l’objectif de baisser les subventions venant de l’Etat Malagasy n’étaient pas atteints à cause de la sécheresse ;

    • la situation de la Compagnie Air Madagascar où les négociations avec le partenaire stratégique identifié ont démarré ;

    • le retard dans la finalisation de la loi sur le recouvrement des créances, et l’automaticité du mécanisme d’ajustement des prix du carburant.

    • le traitement de la dette importante

    • les impacts du passage de cyclone sur le budget 2017.

  • 18 Mar. 2017 - 08:48-

    FMI à la Primature. David Owen, le Directeur Adjoint du FMI du Département Africain; Rasolofondraibe Alain Hervé, le Gouverneur de la Banque Centrale de Madagascar ; Mamy Rajaobelina, un conseiller auprès de la Présidence de la République et le Ministre des Finances et du Budget Rakotoarimanana François Gervais, ont été reçus ce 17 mars par le Premier Ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier.  Cette visite s’inscrit dans le cadre d’une optique tendant à favoriser un système monétaire international stable qui encourage les échanges de biens et services, et des capitaux. Dans ce sens, David Owen a pour mission de réviser et d’évaluer la mise en œuvre du Programme FEC du 31 décembre 2016 et d’assurer l’application ferme du régime de change, et du respect de nos engagements en tant que pays membre.

  • 17 Mar. 2017 - 08:30-

    Formation de formateurs au sein du CRFIM. Onze (11) participants ont consolidé, du 30 janvier au 10 février à Antananarivo, leurs compétences en visualisation des données d’intérêt maritime pour le compte . Ils proviennent de plusieurs administrations impliquées dans l’action de l’Etat en mer et 8 d’entre eux ont réussi à passer avec succès les tests de contrôle. Ils sont sélectionnés pour devenir des formateurs. Cette formation spécifique se déroulera du 20 mars au 7 avril 2017 à Antananarivo. Cette formation est possible grâce au projet européen CRIMARIO avec le soutien du Centre Régional de Fusion des Informations Maritimes (CRFIM).

  • 17 Mar. 2017 - 06:56-

    Cnaps vs Coton Sport et organisation des transports. L’après-match lors de la rencontre entre Cnaps sport et Township Rollers du 11 février a été un cauchemar pour les spectateurs qui ont dû subir 4 voire 5 heures d’embouteillage pour allier Vontovorona et Anosy. Pour y remédier les organisateurs du match ont annoncé lors d’un point de presse effectué au siège de la Cnaps Ampefiloha les mesures prises durant le match retour qui se jouera ce samedi 18 mars 2017.

    Circulation. Une déviation a été créée au niveau du Cur cela permet d’avoir une circulation en sens unique (tant pour aller que pour le retour) pour rallier le Complexe culturel et de loisirs. La déviation est indiquée sur place.

    Parking. Les endroits pour garer les voitures ont été augmentés. Toutefois, à partir de 13 heures, les voitures légères ne pourront plus se rendre au Complexe CCL. Les propriétaires devront garer leur voiture au niveau du Cur. Une navette payante est mise en place entre Vontovorona et le CCL. Après 13 heures, seules les voitures munies de coupe-file peuvent se rendre au CCL.

    Transport en commun. Les responsables des coopératives de la ligne G (Cotransmar et Kofiamo) ont accepté de travailler avec les organisateurs du match. Les tarifs sont les suivants : 1000 Ar d’Anosy au CCL (aller comme au retour) ; 800 Ar de Fenoarivo au CCL et  400 Ar de Vontovorona au CCL.

  • 16 Mar. 2017 - 15:04-

    Organisation à Vontovorona. Selon les organisateurs des évènements au sein de la Cnaps à partir de 13 heures les voitures légères ne pourront plus rallier le Complexe de la Cnaps sis à Vontovorona. Des parkings seront disponibles au niveau du CUR et de l'eglise Fjkm. Les voitures munies de coupe file peuvent circuler. 

  • 16 Mar. 2017 - 14:53- Ahmad. Selon les iniformations qui corculent entre les amoureux du football Ahmad,  président de la fédération malagasy foothall,  est élu présodent de laa Caf.
  • 16 Mar. 2017 - 14:38- Cmaps vs Coton Sport. Les responsables au niveau du club Cnaps Sport annoncent de grandes mesures pour éviter les désagréments survenus lors du premier match international qui a eu lieu au stade Cnaps Votonvorona. Tant les policiers que les gendarmes affirment faire le mximum.
  • 16 Mar. 2017 - 07:16-

    Bilan après passage de Enawo. Voici le bilan après le passage de Enawo pour la journée du 15 mars 2017 à 18h00, ce bilan fait état de : 81 morts, 18 disparus, 250 blessés, 424 801 sinistrés, 246 842  personnes déplacées cumulées et  79 071 personnes déplacées actuelles. La région SAVA a enregistré le plus grand nombre d’infrastructures de bases endommagées avec 335 écoles publiques endommagées et 17 formations sanitaires touchées.

  • 15 Mar. 2017 - 13:18-

    Fiteva au chevet des sinistrés. Une délégation de la Fiteva emmenée par les dirigeants du bureau national de cette association a témoigné de sa compassion devant les malheurs qui a frappé une partie de la population malagasy. Elle a apporté des produits vivriers produits qui proviennent de la région même, composé de carottes, des pommes de terre, et des pommes pour les sinistrés hébergés à l'ANS Académie nationale des Sports à Ampefiloha. La Fiteva ou Fikaambanan'ny terak'i  Vakinankaratra regroupe les natifs de la région.

  • 15 Mar. 2017 - 07:02-

    Bilan après passage de Enawo. Le bilan ce 14 mars 2017 à 18h00 : 18 personnes portées disparues, 78 morts, (certains disparus trouvés morts, et cas de nouveaux décès dus à des effondrements de maisons à Brickaville et Vatomandry), 250 blessés, 394 114 sinistrés, 246 987 personnes déplacées (nombre de personnes ayant dues se déplacer pendant le passage d’Enawo).


  • 15 Mar. 2017 - 06:57-

    Sinistre national. Selon un communiqué émanant du BNGRC l'Etat malagasy a décrété l'état de sinistre national. suite au passage du cyclone Enawo.

  • 14 Mar. 2017 - 14:45-

    CNTEMAD. Le CNTEMAD Centre national de téléenseignement de Madagasikara se veut être une université de proximité et inverser une  mauvaise tendance. 

Du même auteur

monde
politique

Dans la même rubrique

chronique
chronique
Publicité