logo
Lakroan'i Madagasikara
Ntic et culture

Les NTIC en Afrique et la problématique du changement des paradigmes par l’éducation numérique

Recueilli par JRR il y a 3 années

Les nouvelles technologies de l'information et de la communication influent-elles sur les us et coutumes?

Les NTIC en Afrique et la problématique du changement des paradigmes par l’éducation numérique

Les NTIC en Afrique et la problématique du changement des paradigmes par l’éducation numérique

Changer le sens de la "modernité". La réduction de la fracture numérique est le mot d’ordre d’une nouvelle politique d’intégration de l’Afrique dans la nouvelle économie financière de l’ère des réseaux de l’information. L’accent est mis sur les buts de productivité de croissance économique, d’apprentissage et de formation d’une mentalité numérique appropriée à l’ère des réseaux même dans les zones rurales. Combler la fracture numérique consisterait à réajuster structurellement et culturellement l’Afrique en diffusant la nouvelle mentalité de la civilisation numérique selon les buts de productivité financière et de croissance économique. La théorie du développement qui omet de parler d’une nouvelle dépendance ainsi que de la finalité politique des Etats qui mettent en œuvre ces changements, semble ainsi camoufler la diffusion d’un nouveau modèle économique et culturelle en Afrique.

 

On se trouve alors en face de ce qui apparaît comme un énième projet d’acculturation planifiée, imposé de l’extérieur par des Etats qui ont une finalité d’expansion économique et culturelle. Après l’acculturation forcée de la période coloniale destinée à intégrer l’Afrique dans l’économie monétaire coloniale et l’acculturation planifiée dans le contexte du capitalisme occidental et du socialisme soviétique postcolonial qui permit de l’insérer de part et d’autre dans le modèle culturel et économique des deux blocs idéologiques, semble s’ouvrir à l’ère de l’ internet, de la démocratie et de la mondialisation, une nouvelle période d’acculturation planifiée destinée à intégrer l’Afrique dans l’économie mondiale libérale des réseaux de l’Information. Si le projet de connecter l’Afrique au réseau mondial affiche clairement son objectif commercial qui est d’offrir des opportunités d’affaires aux opérateurs économiques africains, l’objectif de l’école numérique semble quant à lui, s’inscrire dans un projet plus vaste de diffusion culturelle du modèle économique libéral dominant.

Un lobbying actif destiné à introduire les Nouvelles Technologies de l’Information dans les sociétés africaines et à remodeler les institutions pour les y adapter -comme en témoigne la floraison des néologismes tels e-governement, e-conomie, e-education - est mené dans ce sens par des experts et des ONG. Des politiciens et des élites intellectuelles locaux sont mis à contribution. Ces meneurs locaux du jeu acculturatif se chargent de faire la propagande des nouveaux produits et d’en assurer la diffusion dans le tissu social africain. Règles fondamentales à respecter dans la méthode de l’acculturation planifiée qui recommande d’impliquer activement les membres influents des sociétés receveuses dans l’innovation que l’on veut y introduire, l’enthousiasme et l’intérêt de ces derniers sont suscités par la vertu de panacée attribuée aux NTIC quant aux problèmes de développement et par les retombées financières et matérielles qui procèderaient de l’adoption des nouvelles technologies de l’information.

Dans cette perspective, l’exigence stratégique de contrôler la direction du changement social en lui donnant une couleur locale et en l’imposant de l’intérieur n’est pas absente du souci d’intégrer les traditions et cultures locales au contenu des informations et aux programmes de l’éducation numérique. La problématique du contenu et des programmes de l’éducation numérique semble ainsi récupérée par un projet d’acculturation planifiée dirigé de l’extérieur. Pour contourner la résistance des sociétés au changement la sociologie du développement a toujours prôné la méthode de la transformation des structures par adaptation des institutions existantes. Dans le contexte de l’acculturation planifiée, le relativisme culturel et l’intégration des traditions dans les contenus de l’enseignement serviraient à instrumentaliser les cultures locales pour diffuser un modèle culturel extérieur. L’on aurait affaire à une intégration unilatérale utilisant les cultures locales comme vecteurs de la culture et de l’économie dominantes. Medium d’une diffusion culturelle, les NTIC ne dérogeraient pas alors à la fonction qui est traditionnellement impartie au mass-média dans l’acculturation planifiée.

Les échecs patents de tous les projets successifs d’acculturation en Afrique, invitent cependant à mettre en question ce nouveau projet d’intégration unilatérale des sociétés africaines au modèle économique actuellement dominant. Le motif du développement de l’Afrique peut être en effet remis en question dans la mesure où, la réduction de la fracture numérique paraît s’inscrire dans la ligne d’un processus d’uniformisation progressive du monde par un modèle culturel jugé supérieur aux autres dans l’ère d’involution dans laquelle l’humanité se trouve de nos jours. L’Afrique se développerait alors par la réduction de la fracture numérique dans le sens où elle se mettrait à niveau dans le système d’uniformisation en utilisant les nouvelles technologies de l’information pour servir les finalités qui leurs sont assignées par le modèle culturel dont elles sont les produits.

Dès lors la question de la réappropriation politique des NTIC en Afrique et du choix des finalités de leur usage devient centrale. La question de la définition exacte des contenus et des programmes dans la problématique de l’école numérique accède au statut d’urgence de première nécessité. En Afrique les Nouvelles technologies de l’Information doivent-elles seulement servir à intégrer les sociétés au nouvel ordre économique mondial, à procurer aux opérateurs et aux élites un savoir-faire et une efficacité dans la concurrence universelle ? Par-delà cette nécessité pratique, doivent-elles surtout être mises au service d’une transformation qualitative de la société globale par l’opportunité qu’elles ouvrent pour le dialogue actif des cultures et la pluralisation des figures de la rationalité humaine qui permettraient aux sociétés de choisir de manière autonome la voie spécifique du développement correspondant à leur génie ?

L’enjeu de ce questionnement est de définir un nouveau concept du développement et de la croissance par intégration réciproque des cultures et des diverses figures de la rationalité dans un monde interdépendant. Il est aussi de découvrir les voies de la transformation pédagogique de l’école africaine qui permettrait de former, en Afrique, des personnalités dynamiques capables d’innover, de partager et de s’ouvrir à eux-mêmes et à l’altérité, dans l’ère de la communication et de l’information. Il s’agit de briser la logique qui a structuré l’école africaine née de la période des acculturations forcées et planifiées coloniales et postcoloniales durant lesquelles elle fut destinée à former des individus adaptés au nouvel ordre économique et politique régnant. Dans ce sens la question des contenus de l’éducation numérique n’invite pas à intégrer les traditions aux programmes dans le but de s’en servir comme vecteurs du changement structurel des sociétés africaines. Il ne s’agit pas de mettre la tradition au service de la nouvelle économie au moyen des nouvelles technologies de l’information. Il ne s’agit pas non plus d’enseigner l’usage des NTIC aux populations africaines afin de structurer les tissus communautaires et de faciliter les cohésions identitaires. La réalisation des intérêts culturels locaux et des finalités matérielles économiques attachés à la maîtrise des NTIC se subordonnent au projet global de civilisation et à la transformation qualitative des relations humaines que les Nouvelles Technologies de l’Information permettent dans la nouvelle ère des réseaux.

L’Afrique doit être plus ambitieuse. Outre les opportunités d’autonomie politique des Etats et de croissance économique, ouvertes par la maîtrise des réseaux de l’information, les NTIC doivent permettre d’inaugurer une transformation pédagogique de l’école et un dialogue vivant des cultures par les e-jumelage éducatifs multiformes tels que les envisage par exemple le projet Aprélia, dont la finalité serait de rendre possible une intégration réciproque des cultures et des savoirs, un nouveau concept du développement humain et une libre acculturation réciproque des peuples. La voie de la transformation sociale et de l’émancipation collective par le changement des mentalités peut donc être explorée. Le changement des mentalités né du dialogue des cultures devra permettre de changer les structures économiques et de transformer le concept du développement. En déconstruisant la domination de la rationalité instrumentale, la pluralisation des usages de la raison et la mise évidence des diverses efficiences rationnelles doivent permettre de changer les paradigmes devenus obsolètes qui ont régi jusqu’à nos jours l’économie, la politique l’écologie, les sciences humaines et les sciences de la nature.

L’ethnologie attire en effet l’attention sur la pluralité des cosmologies et des anthropologies. Elle met l’accent sur leur équivalence dans la rationalité. La cosmologie de la séparation, de la coupure entre l’homme et la nature, entre l’esprit et les choses, qui structure les sociétés individualistes occidentales n’est pas supérieure à la cosmologie de la participation des sociétés holistes qui prône la continuité entre toutes les parties du cosmos et fond l’homme dans la nature et réciproquement la nature dans l’homme. Au plan de l’agir quotidien l’action de l’homme des sociétés holistes qui imite le geste exemplaire des dieux et des ancêtres créateurs ou qui modèle ses conduites selon les mythes primordiaux en étant tournée vers le passé, ne le cède pas en valeur et en efficacité à l’innovation du sujet autonome qui décide en se fondant sur soi-même et innove en étant tourné vers l’avenir. L’ethnologie fait ainsi ressortir la pluralité des rationalités et des logiques. A côté de la pensée par signe arbitraire, il existe une pensée par symbole. Le champ des procédures du savoir humain est partagé autant par le raisonnement par emboîtement de concepts les uns dans les autres que par le raisonnement par correspondance qui permet de passer d’une strate du réel à une autre sans les enfourner dans des moules.

L’efficience de la rationalité instrumentale occidentale qui permet à l’homme de dominer la nature et de la soumettre aux désirs humains n’annule pas la valeur du raisonnement inductif dont use la divination pour sécuriser l’homme et lui permettre d’agir dans la nature. La productivité du raisonnement analytique qui structure les sciences formelles et expérimentales ne doit occulter celle du raisonnement par analogie. La logique de la raison manipulatrice des choses doit s’ouvrir à ce que Bastide appelle « la logique des choses » et à la raison magique ; expression dans laquelle « magique » n’a pas une connotation péjorative mais exprime une autre forme de pensée causale, un autre type de manipulation ou de domestication de la réalité.

La transformation pédagogique de l’école africaine par un usage ambitieux des NTIC vise par conséquent à ouvrir les voies de l’innovation et de la transformation progressiste des sociétés africaines et même du monde entier, par une exploration du génie des diverses cultures. Elle vise à substituer à une éducation qui apprenait auparavant à s’adapter au monde culturel environnant ou à une nouvelle société moderne, une éducation qui crée « un type d’homme capable de changer, de choisir, de se développer, de se modifier en modifiant son environnement, capable de s’enrichir, de s’amplifier, dans l’échange, la coopération, l’ouverture aux autres » . Dans ce sens la signification de l’introduction des traditions et des coutumes dans le contenu des programmes de l’éducation numérique doit être précisée.

Intégrer les contenus culturels dans l’éducation numérique ne signifie guère réactiver les traditions c’est-à-dire revenir aux formes d’organisation que les cultures ont pu produire à un moment aujourd’hui dépassé de leur histoire. Intégrer les contenus culturels dans l’éducation numérique c’est enraciner les contenus dans les cultures comprises comme âme productrices, c’est-à-dire dans une certaine philosophie de la vie qui puise sa source dans les forces de spontanéité des cultures vivantes. Dans cette acception, l’exigence d’introduire les coutumes et les savoirs locaux dans les contenus est un appel à les enrichir par les cultures saisies comme inventivité, comme productrices et nourricières de nouveautés. Cela veut dire exactement qu’il s’agit, par exemple, d’intégrer dans le dialogue vivant des cultures qu’amorce l’éducation numérique, les héros culturels africains tels l’Araignée Ashanti ou le Forgeron Dogon comme interlocuteurs du Prométhée européen contempteurs des Dieux ou de l’Œdipe sacrilège. Un projet de civilisation fondé sur le paradigme de l’ouverture à l’altérité, de la relation et de la communication des cultures, du respect de la nature, serait alors l’objectif que l’école numérique assigne à l’éducation dans l’ère des réseaux. La problématique de la réduction de la fracture numérique et de l’intégration en vue du développement économique actuellement invoquée pour justifier la diffusion des NTIC en Afrique pourrait être ainsi redéfinie dans le sens de l’intégration réciproque des cultures et des connaissances en vue d’un progrès collectif multiforme et d’un développement durable des communautés humaines.

 

 Dans le commerce et la rencontre des peuples la relation symétrique de l’acculturation libre et réciproque dans laquelle les peuples acceptent de recevoir des autres les changements culturels dans lesquels ils trouvent librement un intérêt, pourrait se substituer à la relation asymétrique de l’acculturation forcée ou planifiée selon le modèle linéaire d’une culture dominante qui doit changer les autres selon ses propres normes. Cette rencontre vivante des peuples pourrait réaliser le vieux rêve du rendez-vous du donner et du recevoir, de la rencontre communielle des peuples qui ne fut jamais possible en raison du paradigme de la séparation, du cloisonnement, de la domination et du contrôle sous lequel le règne de la raison instrumentale a placé les existences et la nature jusqu’à nos jours. Ainsi l’objectif fondamental de la maîtrise de la culture numérique en Afrique n’est pas tant économique que politique. Au-delà de leur usage économique pour se positionner avantageusement dans la nouvelle économie mondiale, l’objectif ultime de la maîtrise des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication en Afrique pourrait être de changer la société humaine dans son intégralité par une utilisation politique des NTIC visant à transformer qualitativement l’économie la politique et les savoirs dans le sens du progrès collectif et solidaire des peuples.

DR Dieth Alexis Vienne. Autriche

Partager l'article:

Lakroa en direct
  • 23 Jul. 2019 - 14:50-

    Fanomezan-drà. Nanome rà maimaimpoana teny amin’ny HJRA Ampefiloha ireo polisy vaovao miisa 1098 tao amin’ny andiany “FENITRA”. Nitarika azy ireo ny minisitry ny filaminam-bahoaka, RAFANOMEZANTSOA Roger ary nanambara fa : “fanampiana sy ho vonjy aina ho an’ireo mpiray tanindrazana no nanaovana izao adidy izao satria izay manome rà dia mamonjy aina”.

  • 23 Jul. 2019 - 10:45-

    Eglise Catholique en Allemagne. D’après les dernières statistiques, 200 000 catholiques allemands ont quitté l’Église en 2018, contre 167 500 en 2017. Avec plus de 23 millions de membres, l’Église Catholique en Allemagne rassemble toujours 27 % de la population du pays soit plus d’un quart des allemands.

  • 22 Jul. 2019 - 14:37-

    Situation comique en foot au JIOI 2019. Pour la deuxième place du groupe A de ces JIOI 2019, dans le tournoi de football, un tirage au sort entre Madagascar et les Seychelles sera effectué, ce lundi soir, à 20h. Cela, pour savoir qui accédera à la demi-finale contre la Réunion et se jouera mercredi 24 juillet à 14h30. Ayant terminé avec un seul point à leur compteur tous les deux, les formations malgaches et seychelloises seront départagées par tirage au sort. Maurice est assurée de passer avec le nombre de but marqué (2).

  • 20 Jul. 2019 - 10:19-

    Ntsay Christian remplace Christian Ntsay. “Conformément aux dispositions de l’article 54 de la Constitution, est nommé Premier Ministre, Chef du Gouvernement : Monsieur NTSAY Christian” tel est le premier article du décret N°2019-1407, portant nomination du Premier Ministre, publié par la présidence de la République ce 19 juillet 2019. Le choix du premier ministre a été effectué sur la base des noms présentés par les députés majoritaires de l’IRD. Selon la "rumeur" Les trois noms présentés sont : Fienena Richarn Haja Resampa et Ntsay Christian. Il est donc reconduit (pour la deuxième fois) par le président Andry Rajoelina.

  • 19 Jul. 2019 - 08:45-

    JIOI 2019. Dans le cadre des Jeux des Îles, les Barea affrontent en premier les Seychelles. Le match se déroulera au stade Auguste Vollaire le 20 juillet à 14h15. Madagascar n’a pas perdu, lors des deux dernières rencontres entre les deux sélections, avec une victoire (0-1) le 11 juin 2016 et un match nul (1-1) le 29 mai 2018.

  • 18 Jul. 2019 - 14:15-

    USA. Le cardinal DiNardo interpelle Donald Trump sur les droits des migrants. «Il est contraire aux valeurs américaines et chrétiennes de chercher à empêcher aux personnes d’émigrer ici quand elles fuient pour sauver leurs vies et pour trouver une sécurité pour leurs familles», déclare le cardinal DiNardo.

  • 18 Jul. 2019 - 11:27-

    Birao maharitra AN. Vita ny fifidianana ny mpikambana ireo mandrafitra ny Birao maharitry ny Antenimieram-pirenena. Toy izao izany : Filohan’ny Antenimierampirenena : Razanamahasoa Christine Harijaona, Ambatofinandrahana (IRD). Filoha Lefitra Antananarivo : Rasolonjatovo Honoré, Faratsiho (IRD). Filoha Lefitra Antsiranana : Rahelihanta Jocelyne, Antsiranana I (IRD). Filoha Lefitra Fianarantsoa : Razafitsiandraofa Jean Brunelle, Ikongo (IRD). Filoha Lefitra Mahajanga : Rahantanirina Lalao, Mahajanga I (IRD). Filoha Lefitra Toamasina : Michelle Bavy Angelica, Fenérive Est (IRD). Filoha Lefitra Toliara : Rabenirina Jean Jacques, Betioky Atsimo (IRD).
    Questeur 1 : Henri Jean Michel, Ambovombe (IRD). Questeur 2 : Rakotomanga Lantoarivola Sedera, Antananarivo II (IRD). Questeur 3 : Rabenirina Maminiaina Solondraibe, Ambohidratrimo (TIM).
    Mpampakateny : Angèle Solange, Amboasary Atsimo (Mahaleotena). Mpampakateny lefitra : Rafenomanantsoa Tsirimaharo Ny Aina, Antananarivo III (IRD).

  • 17 Jul. 2019 - 09:30-

    Mercato-Jeremy Morel. En fin de contrat avec l'OL, l’international malgache Jeremy Morel signe pour un an de contrat avec le Stade Rennais. « Je suis très enthousiaste et fier de rejoindre le Stade Rennais F.C. Je vais faire du mieux possible pour apporter mon expérience au club. J’avais plusieurs sollicitations mais sportivement je me voyais plus ici. J’espère avoir fait le bon choix. À moi de tout faire sur le terrain pour remercier le Président de sa confiance », a-t-il déclaré.  

  • 16 Jul. 2019 - 09:30-

    Désensablement. La piscine naturelle du Parc National Isalo est de nouveau ouverte à la baignade depuis le vendredi 12 juillet dernier. « La profondeur et la propreté de l’eau ont été testées par les agents de Madagascar National Parks afin de s’assurer que toutes les conditions requises pour la baignade durant la haute saison touristique 2019 soient au mieux », déclare Madagascar National Parks sur Facebook.

  • 15 Jul. 2019 - 14:30-

    Jeux des îles. A l’île Maurice, les sportifs venant des sept îles de l'océan Indien s'affronteront sur quatorze disciplines : athlétisme, badminton, le basketball, boxe, cyclisme, football, haltérophilie, judo, natation, tennis de table, voile, beach volley et volleyball. Pour cette édition, l’ouverture officielle se fera le 19 juillet et prendra fin le 28 juillet.

  • 15 Jul. 2019 - 13:00-

    FMF. Lova Ramisamanana ne pourra se présenter à la course pour être à la tête de la fédération malgache de football. Il l’évoque sur sa page Facebook ainsi, « j’ai le regret de vous annoncer que je ne pourrai pas me présenter à la présidence de la fédération malagasy de football, faute de n’avoir pu réunir les 3 cautions requises. Nous nous sommes battus jusqu’au bout mais nous n’avons pu faire face à certains obstacles. »

  • 15 Jul. 2019 - 08:30-

    CAN 2019. Suite à leur victoire respective contre la Tunisie et le Nigéria, le Sénégal et l’Algérie disputeront la finale de cette édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Pour rappel, les Fennecs ont battu ces Lions de la teranga lors de la phase de poule sur le score de 1-0 avec le but de Youcef Belaili.

  • 11 Jul. 2019 - 06:30-

    Fandaminana. Handamina ny polisim-pirenena ho an’ny alakamisy alina araka ny resadresaka tamin’ny mpanao gazety nataon’ireo tompon’andraikitra ao amin’ny Polisim-pirenena. Nanome ireo toromarika manodidina ny filaminana mandritra ny fijerena baolina kitra amin’izao Can izao izy ireo. Maro ny polisy hiasa amin’io alin’ny alakamisy io raha ny nambaran’ireto tompon’andraikitra ao amin’ny polisim-pirenena ireto.

  • 09 Jul. 2019 - 13:30-

    Supporter les Barea. L’inscription est ouverte pour aller supporter les Barea en Egypte pour leur quart de finale contre la Tunisie. Les billets sont disponibles auprès de l’Air Madagascar à Analakely. Adressez-vous à la même agence pour plus d’infos.

  • 06 Jul. 2019 - 13:00-

    Pape François – Poutine. Le président russe Vladimir Poutine a rencontré le pape François au Vatican le 4 juillet pour une discussion privée de 55 minutes. Le pape François et Poutine ont discuté de questions d'actualité en Syrie, en Ukraine et au Venezuela, ainsi que de questions environnementales et de questions concernant l'Eglise catholique en Russie, selon le bureau de presse du Saint-Siège.

  • 05 Jul. 2019 - 11:00-

    CAN 2019. La CAF a rejeté les plaintes contre la RDC pour match truqué. Suite à l’insuffisance de preuve réelle, les accusations de corruption de la fédération zimbabwéenne de football vis-à-vis de leur gardien de but ont été rejeté. De ce fait, le match entre Madagascar et la RDC dans le cadre des huitièmes de finale aura bel et bien lieu dimanche prochain.

  • 05 Jul. 2019 - 08:30-

    Wi-fi gratuit. Le mercredi 10 juillet prochain, le wi-fi gratuit sera disponible à Antananarivo. Il sera possible de se connecter librement, sur quatre zones incontournables de la capitale comme au jardin Antaninarenina, à l’arrêt bus Ambohijatovo, au jardin Antanimena et au pont de Behoririka.

  • 04 Jul. 2019 - 10:30-

    Nicolas Dupuis. Selon Jeune Afrique, Nicolas Dupuis est 31ème dans le classement des entraîneurs les mieux payés en Afrique. Il perçoit 7000€ par mois, selon les chiffres publiés par le média. Le sélectionneur de l’Egypte, Javier Aguirre, est le coach le mieux rémunéré sur le continent avec un salaire mensuel de 108 000 euros.

  • 03 Jul. 2019 - 15:15-

    CAN 2019. Anicet Andrianantenaina et Carolus Andriamanitsinoro intègrent l’équipe type de la phase de poule de cette Coupe d’Afrique des Nations. Pour rappel, Anicet était l’homme du match pendant la rencontre face à la Guinée. Carolus l’était à son tour pendant le match contre le Nigéria.

  • 03 Jul. 2019 - 14:30-

    FIER-Mada. Tanterahana ny alarobia 7 hatramin’ny 11 aogositra ho avy izao ny FIER-Mada faha 21, ao amin’ny kianja Makis Andohatapenaka. Amin’izany dia hisy ny lao-bary an-dasy hiompana amin’ny « fandrosoana maharitra : tetik’asam-panjakana vatsiana vola amin’ny voajanahary sy ifampierana amin’ny tantsaha eny ifotony ».

Du même auteur

economie
societe

Dans la même rubrique

newtech
newtech
Publicité