logo
Lakroan'i Madagasikara
Migration climatique

Les Sakalava et Antandroy au bord d’un rude conflit communautaire à Tsaramandroso

admin il y a 1 moi

Voici un article publi por la revue Trandraka N°5 en 2019 qui parle des conséquences de la migration humaine. On voit que la migration humaine ne date pas de cette année 2021. De nombreuses migrations humaines dans le pays sont méconnues.

Les Sakalava et Antandroy au bord d’un rude conflit communautaire à Tsaramandroso

Un millions huit cent personnes ont été touchées par la sécheresse dans la région Androy et Anosy en 2015, selon le rapport du programme alimentaire mondiale. L’absence des pluies abondantes dans cette partie de l’ile a réduit à néant les efforts déployés dans le secteur agricole. La production de maïs a chuté de 80%, tout comme la production de manioc qui a baissé de 50% alors que ces denrées alimentaire constituent la base alimentaire de la population locale. De maigres récoltes qui ne permettent pas de subvenir aux besoins de la population jusqu’à la prochaine moisson.

Le phénomène météorologique « El Nino » est l’une des principales causes de cette condition climatique difficile dans cette partie Sud et Sud- Est de Madagascar. Ce phénomène naturel, qui se répète tous les trois à sept ans, se traduit par l’augmentation de la température des eaux du Centre-Est du Pacifique équatorial. Par effet de domino, ce réchauffement a des répercussions sur toute la planète, en affectant  la pluviométrie et les températures, notamment dans les régions tropicales d’Afrique, d’Asie-Pacifique et d’Amérique latine. Obligeant une partie de la population  de la région Androy et Anosy à migrer vers la région Boeny, notamment dans le district d’Ambato boeny.

L’étude effectuée par le Groupement des Organisations de la Société Civile ou GOSOSC KOMANGA en 2015 a démontré que la ville la plus touchée par cette migration climatique est la commune rurale de Tsaramandroso. Cette petite ville d’environ 2 400 habitants accueille chaque année environ 6.720 migrants climatique depuis 2009. Quatre « carandalles » transportant  120 à 140  migrants venant du district de Betroka, Beloha, Ampanihy, Ambovombe, Tsihombe débarquent dans cette commune rurale  deux fois par semaine. Faute d’un document officiel autorisant leur déménagement dans la commune rurale de Tsaramandro,  l’entrée de ces migrants ainsi que leur installation dans les aires protégées se font d’une manière discrète et parfois à l’abri des regards des autorités locales.  

 « Nous avons tellement souffert à Tsihombe, nous ne mangeons qu’une fois par jour, un reste de manioc ou de maïs avec quelques graines de dolique ou de niébé. Tous mes enfants ont été frappés par  une diarrhée aigue et des infections respiratoires chroniques. Le dernier n’a pas survécu à ces maladies malgré les efforts que nous avons effectués pour le soigner. Suite à ces mauvaises événements moi et ma famille ont décidé de reconstruire une nouvelle vie dans cette commune rurale de Tsaramandroso»  déclare Vilisoa, un migrant qui habite à Madiromaroanaka, à 12 kilomètres du chef-lieu de la commune rurale de Tsaramandroso. Comme tant d’autres migrants climatiques, le déplacement ainsi que l’installation de VILISOA et sa famille ont été facilités par leurs proches qui habitaient déjà sur le lieu. « Ce sont les membres de ma famille qui ont cotisé pour payer nos frais de déplacement. Ils nous ont également hébergé jusqu’à ce que je trouve un endroit où construire une petite maison et un travail saisonnier pour subvenir aux besoins de ma famille » affirme le père de famille. Certains migrants font également appel aux aides des operateurs économiques locaux, comme le cas de Mandimby, un migrant climatique qui habite à Betaramahamay, un petit village situé à 23 kilomètres du chef-lieu de la commune rurale de Tsaramandroso. « Vu la misère que nous avons vécu dans le Sud, moi et mes six  frères ont  été obligé de faire appel à un service d’un grand operateur économique local enfin de payer nos frais de déplacement et assurer nos installations sous conditions que nous travailleront pour lui dans son champ de plantation une fois arrivée à Tsaramandroso. L’operateur économique récupère petit à petit ses dépenses sur nos salaires mensuel» a-t-il révélé. Les migrants qui ont des niveaux de vie assez moyens louent  des terrains ou des rizières aux autochtones. Dans ce cas  les récoltes sont partagées dont deux tiers pour les producteurs et un tiers pour  le propriétaire.

La plupart de ces migrants ont connu la commune rurale de Tsaramandroso grâce à une information transmise par leurs proches via le téléphone mobile et à travers les migrants qui ont effectué des voyages dans leurs localités d’origine. 

Cette migration de masse dans la Commune rurale de Tsaramandroso a pourtant causé d’énormes dégâts environnementaux. La station forestière d’environ 3 600 hectares, géré  par les communautés de base ou Vondron’Olona Ifotony Mamelonarivo a connu une forte dégradation en espace de dix ans suite à la pratique de défrichement, des feux de brousse, des coupes et l’exploitation illicite ainsi que la production de charbon de bois. Selon une étude effectuée par la Direction régionale de l’Environnement et du développement durable Boeny en 2018, seulement 10% de cette station forestière a pu survécu à cette pratique destructive actuellement.

Doté d’une cohésion sociale très poussée, les migrants se regroupent  au nombre de trente à quarante personnes lorsqu’ils effectuent un défrichement. Ils arrivent ainsi à détruire 10 hectares de foret en espace de deux à quatre  jours. Ils brulent ensuite le terrain pour cultiver du maïs ou du manioc. Or, la productivité des terrains issus d’un défrichement sont limités.  Les migrants sont obligés d’explorer un nouveau terrain après deux ou trois récoltes consécutives.

Ainsi, ces migrants commencent à s’infiltrer dans le Parc National d’Ankarafantsika actuellement. Les responsables au sein de la société Madagascar National Parks, la structure chargée de la gestion des parcs nationaux tire la sonnette d’alarme. « Nous constatons qu’une bonne partie du Parc, constituée par de nombreuses  espèces notamment les lémuriens est détruite. Cette destruction a rétrécit les espaces où les animaux peuvent s’épanouir et qui a un impact très important  sur leur survie » déclare Jaotera Bernard, directeur du Parc National d’Ankarafantsika. Insuffisant,  les gardes forestiers,  ne parviennent pas à protéger cet espace très vaste, dont les frontières sont facilement franchissables. Si cette situation n’est pas maitrisée, le Parc National d’Ankarafantsika risque de disparaitre comme le cas de la station forestière de Tsaramandroso.

            Par ailleurs, suite à ces défrichements massive et à l’importante dégradation de la station forestière de Tsaramandroso, tous les points d’eau comme la rivière de Tsilakanina et la source d’Ampombokely sont asséchés  alors que ces points d’eau ont permis d’alimenter les rizières de la population riveraine. De ce fait, les rendements rizicole n’a cessé de diminuer durant les ces dix dernières années affirment un agriculteur. « Avant nous avons pu récolter 30 à 40 sacs de riz sur une superficie de 2 ares mais actuellement on obtient plus que 10 à 12 sacs » déclare Rasoamampionina Victorine, un agriculteur qui habite au fokontany de Tsarahonanana, Commune rurale de Tsaramandroso. Cette situation mettra en péril l’autosuffisance alimentaire locale.

            Un risque de guerre civile n’est pas à écarter. Les autochtones Sakalava réservent actuellement un sentiment de remous ou de frustration envers les migrants qui ne cessent d’accaparer la grande partie des terres agricoles au détriment des autochtones. Les Sakalava se disent propriétaires du terrain qu’ils ont hérité de leurs ancêtres .Or les migrants l’ont défriché et ont mis en valeur le terrain laissé en friche depuis longtemps. « Nous avons besoins de cette terre pour se loger, générer un revenu, se nourrir, se soigner et faire vivre notre identité culturelle. Pourtant notre droit à la terre commence à être ignoré voire bafoué, nous rendant particulièrement vulnérables aux accaparements de terres de la part des migrants. Nous n’accepterons jamais cette situation. » Déclare Maharavo Julien, un  doyen de la communauté Sakalava.   

La désacralisation  de certains sites sacrés provoque également un rude conflit communautaire  entre les deux groupes. Les Sakalava ne tolèrent pas la présence des chèvres dans la commune rurale de Tsaramandroso vu que ces animaux sont tabous (fady) pour cette communauté. En revanche, ces animaux ne se séparent jamais des Antandroy et Mahafaly car ils représentent une fortune et un succès pour eux. Suite à ce sentiment de haine et de vengeance, les deux groupes commencent à se contre attaquer. Les actes de banditisme, les attaques à mains armées, les vols à l’étalage et les actes de kidnapping se sont multipliés dans la commune rurale de Tsaramandroso depuis ces cinq dernières années.

           Des mesures ont été déjà entreprises par les autorités locales, les communautés de bases et les associations œuvrant dans le domaine de l’environnement, pour résoudre ce problème mais en vain. « En 2018, les forces de l’ordre, les autorités locales, les doyens des villages ont arrêté une vingtaine de personnes prises en flagrant délit de défrichement dans la foret. Nous les avons  trainées devant le tribunal de première instance à Maevatanana mais ces migrants ont été relâchés quelque jour après. Nous avons reçu par la suite des menaces de mort. Certaines ont été vraiment attaqué » révèle Rabesalama Rodephin Francis, chef fokontany de Tsaramandroso. Les communautés de base ou Vondron’Olona Ifotony, la structure que l’état a mise en place pour gérer les aires protégées se sentent impuissant face à cette situation. Les membres ont suspendu les descentes et la surveillance des aires protégées et l’application stricte de la convention collective ou « dina » par crainte des menaces et des attaques verbales ou physiques. Selon une autorité locale, la plupart de ces migrants sont couvert par un groupe d’operateur économique qui n’hésite pas à intervenir et soudoyer les autorités en cas d’arrestation d’un de ses éléments ou de ses fournisseurs.

 En février 2018, les doyens de la communauté Sakalava Boeny ont essayé de prendre en main la situation à travers une réunion communautaire mais sans résultat car les doyens de la communauté Antandroy n’ont pas répondu à leur invitation. Des pourparlers commencent actuellement dans les coulisses entre les deux groupes surtout après la formation de l’association FITEA ou Fikambanani TerakAtandroy mais aucune solution concrète n’a été trouvée.

Interrogé sur ce sujet Saotse, un  des membres de bureau de l’Association FITEA ou Fikambanan’ny Terak’Atandroy demande l’annulation  des mesures répressives que les autorités locales envisagent d’appliquer aux migrants. « Nous sommes conscient des impacts environnementaux et sociétaux engendré par cette migration dans le district dAmbato boeny. Nous suggérons ainsi l’articulation de la politique forestière et la politique migratoire en prenant en compte les conditions sociales environnementales de notre zone de départ et de la zone d’accueil. » A-t-il souligné. Le chef cantonnement d’Ambato-boeny Ratsimbazafy Prince, rejoigne également cette perspective. Il propose l’organisation d’un atelier régional, rassemblant tous les organisations public et privées concernées par cette problématique de l’immigration climatiques dans le district d’Ambato-boeny  en vue de trouver une solution commune et pérenne à cette situation. De même que le Président du Groupement des Organisations de la Société Civile KOMANGA Rajaofera Mamisoa car selon lui le changement climatique est inévitable. C’est à nous ainsi de chercher des mesures d’adaptation adéquates en vue de réduire ses impacts sur l’humanité. Il a fait savoir que selon le rapport de la banque mondiale, 140 000 000 personnes seront touchés par ce phénomène de migration climatique d’ici à 2050 si aucune mesure n’est prise à travers le monde. Certains migrants proposent également le renforcement de la campagne d’information des migrants sur l’existence des projets de filets sociaux de sécurité que le Ministère de la population et ses collaborateurs mets en œuvre dans la partie Sud de Madagascar notamment le « Vatsim-piavota »,  « Vatsin’ankohonana »  et le fond de redressement ou « Renivola fiavoata ». La connaissance de ces informations  pourrait convaincre certain migrants à retourner vers leur région d’origine et réduira la tentative d’immigration vers la partie Nord- Ouest de Madagascar ont-il suggéré.

Sylvain Dinarisolo


Partager l'article:

Lakroa en direct
  • 27 Jan. 2021 - 12:11-

    Fanambaran’ny FFKM. Namoaka fanambarana ny Filoham-piangonana efatra ato anatin'ny FFKM, Fiombonan'ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara, ny alahady 24 janoary ao anatin’ny Herinandro fiaraha-mivavaka ho an’ny Firaisan’ny Kristianina manerana  ny tany sy eto Madagasikara (18-25 janoary). Vakio ato izany https://www.lakroa.mg/item-2548_articles_politique_18-aoka-ny-rariny-hikoriana.html

  • 25 Jan. 2021 - 08:42-

    Televiziona katolika voalohany eto Madagasikara. Notokanana ny 23 janoary 201 teo tao Toamasina ny televiziona katolika voalohany eto Madagasikara. Ny RTCM na Radio Télévision Catholique Masova no televiziona katolika voalohany eto Madagasikara ary ny diosezin’i Toamasina no nanangana azy io. Miarahaba azy ny www.lakroa.mg ary mirary soa hahavita ny anjara andraikiny amin’ny fampitana ny feon’ny marina sy ny rariny. Ny RTCM dia raisina eo amin’ny ontsam-peo sy sary UHF 42 ao Toamasina. Sary vitsivitsy: https://www.lakroa.mg/item-2545_articles_newtech_18-notokanana-ny-televiziona-katolika-voalohany-eto...

  • 23 Jan. 2021 - 04:30-

    Tatitra Bngrc 22 Janoary 2021. Toy izao raha fintinana ireo antontan’isa voaray haatramin'ny 22 janoary mahasika ny vokatry ny fandalovan’ny rivodoza ELOISE teto anivon’ny BNGRC (mahakasika ny olona)
    Maty
     : Olona 1 no lavo tamin’ny fandalovan’i ELOISE.
    Traboina
    3 601 ireo traboina.
    Nafindra toerana
    : Nitombo 470 ireo nafindra toerana vonjy maika izay mitotaly 835 izy raha atambatra amin’ny efa voaagona hatramin’izay.

  • 23 Jan. 2021 - 04:28-

    Tatitra Bngrc 22 Janoary 2021.Raha ny mahakasika ireo foto-drafitr’asa sy trano fonenana dia:
    Miisa 156 ireo trano fonenana dibo-drano raha 645 ireo voakasika sy nahitam-pahasimbana.
    Miisa 193 kosa ireo trano fonenana rava tanteraka.
    142 trano fianarana voakasika sy nahitam-pahasimbana raha roa
    12 kosa ny trano fianarana rava tanteraka.

  • 23 Jan. 2021 - 04:26-

    Birao maharitra Antenimierandoholona. Tontosa ny zoma 22 janoary 2021 ny fifidianana ireo mpikambana mandrafitra ny Birao Maharitra eto anivon’ny Antenimierandoholona. Ka, voafidy ho :
    Filoha Lefitra ho an’ny faritany Avaratra : Loholon’i Madagasikara Imbiki Herilaza ;  
    Filoha lefitra ho an’ny faritany Atsimo : Loholon’i Madagasikara Rabemananjara Jean Paul Nicolas,
    Kestiora : Loholon’i Madagasikara Fernand Eddie Serge,
    Mpampakateny Jeneraly : Loholon’i Madagasikara Rasolondratsimba Raymond.
    Ny Filoha Razafimahefa Herimanana dia efa voafidy ny 19 janoary.

  • 07 Jan. 2021 - 07:36-

    Bonne année 2021. Toute l'équipe, rédaction et technique, de www.lakroa.mg se joint ici pour vous souhaiter, à vous lecteurs et sources, une bonne et heureuse année 2021. Que cette nouvelle année 2021 vous apporte, le bonheur, la joie et la prospérité et l’amour du prochain et du Pays. Notre unique résolution pour l’année 2021 est de réussir à vous apporter la nouvelle vraie avec des analyses lucides hors des sentiers battus. Et soyons solidaires pour notre Patrie et nos concitoyens. https://www.facebook.com/100002397970826/videos/3535584526531445/

  • 26 Dec. 2020 - 10:22-

    Que la magie de Noêl impacte sur votre vie 

    et voici des Suggestions de cadeaux de Noël:

    Pour l’ennemi, le pardon.
    Pour l’adversaire, la tolérance.
    Pour l’ami, votre cœur.
    Pour un client, du service.
    Pour tous, la charité.
    Pour chaque enfant, le bon exemple.
    Pour vous, le respect et

    Pour le Monde entier : l’Amour du Christ par la croix

    Et notre cadeau notre fidélité envers vous sur www.lakroa.mg

  • 07 Dec. 2020 - 07:23-

    Lahatsoratra mety hahaliana anao... Resaka tany

    https://www.lakroa.mg/item-2486_articles_economie_18-a-a-madagascar-comme-partout-sur-le-continent-les-alites-africaines-accaparent-les-terres-fertiles-a.html 

  • 25 Nov. 2020 - 12:28-

    l'économie bleue de l'AMDP a été engloutie par la vague orange. Et voilà que le dossier resurgit sous une autre forme avec d'autres acteurs mais toujours économie bleue (orangée).
    https://www.lakroa.mg/item-2465_articles_economie_18-petite-pache-en-paril-madagascar-signe-des-accords-de-pache-destructeurs-avec-des-investisseurs-chinois.html

  • 18 Oct. 2020 - 04:51-

    Arrêt n°10-HCC/AR du 16 octobre 2020 relative à une demande de non-conformité à la Constitution du décret n° 2020-1110 du 9 septembre 2020 portant convocation du collège électoral pour les élections sénatoriales du vendredi 11 décembre 2020 et l’annulation dudit décret, formulée par le KMF/CNOE Fanabeazana Olompirenena. La demande de non-conformité à la Constitution du décret n° 2020-1110 du 9 septembre 2020 portant convocation du collège électoral pour les élections sénatoriales du vendredi 11 décembre 2020 et l’annulation dudit décret, formulée par le KMF/CNOE Fanabeazana Olompirenena, est déclarée recevable. Article 3.-La demande du KMF-CNOE Fanabeazana Olompirenana est rejetée comme mal fondée en vertu des considérants 16 à 27. 

  • 18 Oct. 2020 - 04:50-

    Décision n°17-HCC/D3 du 16 octobre 2020 portant sur des requêtes aux fins d’inconstitutionnalité du décret n°2020-1110 portant convocation du collège électoral pour les élections sénatoriales du 11 décembre 2020. Selon l’article 1, les requêtes sont déclarées recevables mais rejetées comme non fondées sur la base des considérants 17 à 25, 27 et 28 (article 3).

  • 17 Oct. 2020 - 05:06-

    Lu pour vous: Une usine clés en main normande expédiée à Madagascar contre la faim.  https://www.lakroa.mg/item-2413_articles_monde_18-une-usine-clas-en-main-normande-expadiae-a-madagascar-contre-la-faim.html

  • 13 Oct. 2020 - 04:49-

    62 taona ny Repoblika Malagasy. Hetsika maro no fantatra fa ho karakaraina hanamarihana ny faha 62 taona ny nanambarana ny fitsanganan’ny Repoblika Malagasy voalohany. Iray amin’ireny ny karakarain’ny Hetsika Fampiraisana ny Kristianina. Ny 14 oktobra dia hisy ny fotoam-pivavahana hatao ao amin’ny FJKM Atsimon’i  Mahamasina ny maraina amin’ny 9 ora sy sasany ary fikaonan-doha atao ao amin’ny Le pave Antaninarenina kosa ny tapany hariva. Asaina ny rehetra ka ny lohahevitra amin’izany ny hoe « maro tohanan’ny maro »

  • 12 Oct. 2020 - 05:08-

    Lu pour vous. Le Conseil des Ministres du 7 octobre a pris la décision que l’Etat va effectuer des travaux de relevés sismiques marins pour déterminer la ZEE. Et on apprend sur Africa Intelligence que. Il faut rappeller aussi que durant la présidence de Rajaonarimampianina un programme a été lancé en 2017. Quel sous-marin derrière tout cela ? Lu pour vous ne fait que transmettre l’article de Africa Intelligence. https://www.lakroa.mg/item-2404_articles_monde_18-culmen-international-intronisa-conseiller-stratagique-de-la-marine-malgache.html

  • 09 Oct. 2020 - 17:44-

    Marine malgache a un conseiller stratégique. Culmen International pressenti est intronisé conseiller stratégique de la marine malgache Comme l'avait anticipé Africa Intelligence (09/09/20), Culmen International a remporté le 28 septembre le marché de mise à disposition d'un conseiller stratégique pour la marine malgache. Ce contrat est financé par le Département d'Etat américain à hauteur d'un million de dollars. Culmen s'est imposé face à un autre contractor de défense américain, Sincerus Global Solutions, qui a absorbé en juillet la branche internationale du géant Science Applications International Corp (SAIC).

  • 01 Oct. 2020 - 09:23-

    Le mois d’octobre est consacré au  Saint Rosaire. La prière du rosaire se décline en 4 «groupes» de mystères : joyeux, lumineux, douloureux, glorieux. Chacun de ces «groupes» (ou méditations) se décline en 5 mystères. La prière du rosaire, au complet, comprend donc 20 mystères au total. Prier le chapelet, c’est par conséquent, quotidiennement, prier 5 mystères par jour.

  • 30 Sep. 2020 - 07:34-

    #COVID19
    Atontanisa momba ny Covid-19 ny 29 septambra 2020. Sitrana 192 vaovao.  
    Lavo 229 (+ 0).  
    Marary mafy 16 (– 1).
    FITILIANA : Tests PCR (297), Tests GeneXpert (53)
    Marary 29 vaovao : 1 Cas importé, 2 Analamanga,  Sainte Marie, 4 Ambatondrazaka, 2 Amparafaravola, 3 Matsiatra Ambony, 1 Atsimo Andrefana, 1 Menabe, 4 Antsohihy, 1 Bealanana, 5 Sava, 4 Diana

  • 21 Sep. 2020 - 07:15-

    Mikasika ny toeram-pivavahana: Toy izao indray ireo fepetra arahina mandritra ny 15 andro nanomboka ny 19 septambra teo:
    - Misokatra ireo fiangonana sy mosquée rehetra manerana ny Nosy saingy tsy maintsy manaja ireo fepetra rehetra ara-pahasalamana sy ara-pidiovana
    - Hajaina hatrany ny elanelana 1 metatra
    - Manao aro vava orona ny rehetra
    - Raisina ny mari- pana eo am-pidirana
    - Mampiasa gel désinfection
    - Fandrarahana fanafody mamono otrik'aretina
    - Tsy azo atao ny fifandraisan-tanana mandritra ny fotoam-pivavahana.

    Jereo ny fepetra manontolo :

    https://www.lakroa.mg/item-2386_articles_societe_18-ireo-fepetra-arahina-mandritra-ny-15-andro-nanomboka-ny-19-septambra-teo.html

  • 11 Sep. 2020 - 07:15-

    #COVID19 : Antontan'isa ny 10 Septambra 2020
    #Sitrana: 52
    #Tranga_vaovao:104
    • 53 Analamanga, • 17 Antsirabe I, • 2 Antsirabe II, • 1 Mandoto, • 4 Ambositra, • 1 Antsohihy, • 6 Sambava, • 16 Antsiranana I, • 2 Antsiranana II, • 2 Ambilobe
    FITILIANA : Tests PCR (676), Tests GeneXpert (66)
    #Tranga_misy_fahasarotana: nijanona ho 48 (-3)
     #Aina_nafoy: 02

  • 10 Sep. 2020 - 06:51-

    #COVID19 : Antontan'isa ny 9 Septambra 2020
    #Sitrana: 24
    #Tranga_vaovao: 85
    Analamanga :22, Alaotra Mangoro :16 (10 :Ambatondrazaka,04 :Amparafaravola), Matsiatra ambony :01, V7V :05 (Manakara), Boeny : 01, Sofia : 05(Mandritsara), Melaky : 01(Maintirano), Anosy :01 (Amboasary atsimo), Menabe : 14(Morondava), SAVA : 04(Sambava), Diana : 15(14 :Antsiranana I, 01 Antsiranana II)
    #Tranga_misy_fahasarotana: nijanona ho 53
     #Aina_nafoy: 00

Du même auteur

politique
politique

Dans la même rubrique

dossier
dossier